samedi, septembre 09, 2017

Retour en blogue

6 comments

J'ai commencé ce blogue l'année de mes 30 ans. Le premier janvier prochain, j'en aurais 45. L'envie de bloguer persiste et dure. Avec la maturité qui en pave les idées.

Quinze ans de blogueries en mes claviers. Quinze ans de blogue et une longue interruption en cette dernière année. La plus longue en quinze ans. Pour de sérieuses raisons de santé. Les pires en quinze ans.

L'année que je viens de traverser fut si rude en ma peau que lorsque j'y pense trop fort, je suis étonnée d'être encore en vie.

Quand une mauvaise santé fout la vie en l'air

Depuis qu'une paralysie faciale m'a laissée de sérieuses séquelles neuropathiques en février 2011, je me bats pour continuer d'avancer en ma vie.

Malgré ces bâtons que mon corps met en mes roues, je choisis d'avancer. Sans plus trop savoir où je m'en vais. Mon enfant est une force extrême qui me pousse de l'avant. Qui me force à ne jamais lâcher, à toujours m'accrocher au présent ou à mieux courir lorsque la mort aux trousses...

Depuis deux ans, ma santé s'est mise à se détériorer de diverses façons. Cet hiver, j'ai bien failli y passer. En écrire les détails est encore trop vif en mes émotions, trop perturbant. Mais les mots reprendront le dessus. Car tant que mon coeur bat, les mots font le rythme de ma vie.

Alors que je commence à reprendre des forces et à réaliser combien je suis encore vivante, mon utérus veut ma peau! Avec férocité. Je suis donc en attente d'une hystérectomie. Le mois prochain, je passerai sous le bistouri.

Ce sera ma septième visite au bloc opératoire en deux ans. J'espère la dernière avant longtemps. Cette chirurgie-ci est supposée sauver ma peau. Une bonne fois pour toutes?

Alors que ma santé m'a forcée à complètement me déconnecter, des mois durant, j'ai pu méditer sur nos nouvelles habitudes numériques. Méditer sur ses évolutions et ses impacts sociaux. Alors que j'élève ma fille en pleine révolution numérique, j'ai conscience d'être en son front.

Durant cet arrêt forcé, j'ai réalisé qu'Instagram était le seul réseau social à me manquer. C'est donc par Instagram que j'ai décidé de me reconnecter. Au fil de ma santé fragile. Une santé maintenant assez forte pour repenser à bloguer.

En ce blogue, les racines de ma mémoire font des milliers de branches. Plus de 3600 textes écrits ici. Ce blogue est un exercice de mémoire en mes sens humains. Une forme d'autobiographie qui s'écrit en continu, au réel.


Quinze années à partager des bribes de pensées et quotidiens

J'ai commencé ce blogue collée à un écran non plat. Je le nourris présentement de ma tablette Samsung, offerte il y a quelques années par Telus, pour les charmes de ce blogue.

J'ai commencé ce blogue alors que je prenais encore des photos avec un appareil non numérique. J'illustre maintenant ce blogue avec des photos prises sur mon téléphone LGG5 directement chargées en mon nuage personnel.

J'ai commencé ce blogue avant la naissance de YouTube. Je regarde maintenant des archives humaines sur YouTube, en direct de mon écran de télévision plat, qui trône sur un mur.

J'ai commencé ce blogue sur un coup de fièvre et je m'y suis attachée. C'est devenu un membre de moi-même. Bloguer est devenu une habitude de vie, saine à mes sens, qui me fait du bien à l'esprit.

Je ne considère pas mon blogue comme faisant partie des réseaux sociaux. Mon blogue est avant tout un outil d'écriture. Les réseaux sociaux sont d'abord des outils de communications. J'associe mon blogue à un carnet de bord numérique....

Renaître ou se réinventer? Même combat...

Reprendre une discipline de blogue s'inscrit en ce futur post-hystérectomie que je visualise pour mieux en gérer les craintes et les angoisses. Qui sont profondes et multiples. Qui peuvent m'emporter l'esprit en d'horribles contrées.

Même si cette hystérectomie me pend au nez depuis des années, j'avais un fol espoir d'y échapper. Cette chirurgie-ci est difficile autant à mon âme qu'à mon coeur. Sans parler de savoir combien elle sera difficile en mon corps. Je décide que cette énième chirurgie en sera une de renaissance...

Retrouver une discipline d'écriture, selon mes propres termes, me semble un bon exercice pour m'en changer les idées sombres. Pour retrouver cette partie de moi-même. Absorbée par les douleurs en mon corps. Une partie de moi-même prête à partager de nouveau.

En ce blogue règne une politique éditoriale de fond, elle est composée d'intégrité, d'authencité et de mettre l'accent sur le meilleur de la vie. Afin de mieux en supporter le pire?

Aussi, en ce simple mot de retour, je décide de reprendre du service de blogueuse, advienne ce qu'il pourra!



6 commentaires:

LudoMC a dit…

Que voilà de bonnes résolutions, qui ne peuvent qu'être de bonne augure ! Je suis sûr que les licornes de lac y sont un peu pour quelque chose...
Je te suis sur Instagram, donc j'ai eu la chance de continuer à te lire, même si je commente peu (j'ai par contre récemment mis un lien vers ce que je pense être tes fleurs sauvages en-dessous de deux photos d'elles d'août je crois, je ne sais pas si tu as vu).
Dure année de mon côté aussi. Mais moi aussi mes filles m'obligent à rester capitaine du bateau et à tirer tout le monde vers l'avant et vers le haut, contre vents et marées. Nos enfants sont notre futur et notre raison de vivre. Hors de question de baisser les bras et de se laisser aller quand ils sont là et ont besoin de nous ! E toi encore plus avec les péripéties de ton soleil ! Les voir s'épanouir est la meilleure récompense et fait oublier bien vite tous les obstacles et horreurs rencontrés en chemin.
Même pas pu venir en votre belle contrée cet été comme c'est normalement le cas tous les ans (été et/ou hiver). Ça sera espérons-le pour l'été prochain !

Au plaisir de continuer à te lire ici ou là-bas, des vagues de bonnes ondes de notre vieille Europe.

Anne a dit…

Oh comme je te souhaite de retrouver la santé!
Un blog comme un carnet de bord, comme une seconde mémoire.

Valérie de Haute Savoie a dit…

Je me réjouis de revenir sur ton blog. Je suis désolée de tout ce qui t'es arrivé ainsi qu'à ta fille. Cela me fait plaisir de vous voir les deux, souriantes :)

Evelyne Roy a dit…

Tête hors de l'eau
On respire
Profondément.

Meilleure santé à toi et ravie de retrouver le sourire de miss Soleil

Etolane a dit…

Evelyne, merci. :)

Valérie, l'important n'est pas tant ce qu"il nous arrive mais comment on y réagit. Et je veux croire que cela nous grandit...

Anne, je ne retrouverai jamais la santé comme les bien-portants le pense. Mais j'espère avoir plus de latitudes pour mieux fonctionner au quotidien après l'hystérectomie. Et d'ici là, garder ma mémoire alerte me parait de circonstance ;) :)

Etolane a dit…

Ludo, as-tu le lien à me partager? Je t'avoue que je suis encore bien retirée. Je partage mais je navigue peu ;) Je garde mon énergie vitale pour homme et enfant. Le réel prend le pas sur le numérique.

J'ai quitté Instagram le moins longtemps, je ne sais pourquoi Instagram est différent. Mais j'y ai pratiqué le mini blogging :lol:

Je suis désolée que tu aies eu ausdi des épreuves à traverser en ta dernière année. Solidarité et pensées chaleureuses...