vendredi, janvier 16, 2004

J’ai fermé les pages de mon livre, remplie de tristesse à l’idée de quitter ce monde si lointain qui déclenche en moi, sans crier gare, d’étranges inspirations…

Je me procurerai le prochain tome dès que possible, il m’aura fallu prés de dix ans pour arriver à pénétrer cet univers lointain peuplé de nature, de cavernes, de chasseurs, de mammouths et d’esprits oubliés

Maintenant que le pas est fait, j’ai l’impression qu'Ayla restera longtemps avec moi. Avec elle, les mots ont crée une brèche mystérieuse en un coin de ma mémoire. La magie des lettres en une histoire imaginaire, m’a dévoilé un univers d’où je ne suis qu’une lointaine prolongation. La race humaine est si vieille et pourtant sa mémoire est si courte…

Notre mémoire ancestrale est-elle si diluée par le temps qu’elle en a perdu toute saveur ? Ou est-ce simplement que nous sommes ainsi programmés, condamnés à évoluer sans souvenirs pour conforter nos progressions aveugles ?

Aucun commentaire: