mercredi, janvier 07, 2009

Winterland

7 comments
Winterland

Étrange comment les perceptions peuvent changer selon les expériences. Pour la québécoise que je suis le voile blanc que je vois sur les paysages parisiens me fait à peine penser à de la neige. Alors que je regarde par ma fenêtre, les flocons recommencent à tomber. Une petite tempête s’annonce à l’horizon qui se teinte d’ivoire. C'est comme si l’on vivait en noir et blanc. Je ne vois au delà de ma maison qu'un horizon lunaire parsemé de dunes blanches. Je tourne les yeux vers l'écran et ce voile blanc au loin me semble si fin...

Je regarde le téléjournal sur TV5, je parcoure en ligne les nouvelles fraîches d’Europe. En France, l’actualité est frigorifiée. La France est paralysée par une vague d'hiver qui attaque avec ferveur certaines régions. Les jeunes font du snowboard dans les rues de Marseille! L'on parle de grand froid, j'entends -10 et je ne peux m’empêcher de sourire. Même si je n'arrive pas à paniquer devant cette actualité (à peine si je frissonne), même si je me sens un peu blasée devant une telle situation, je leur souhaite cependant de ne pas manquer d'électricité. Pour une fois, là-bas goûte un peu d'ici. Chez nous, les vagues de grand froid caressent le -35 dans le vent. Pour ma peau gavée d’hiver -10, c'est doux, j'ai hâte que l'on y revienne...

Je lis les deux centimètres d’Akynou, j’imagine le voile blanc qui dépayse les novices. Et je regarde par ma fenêtre mon horizon lunaire. En ma contrée éloignée, il doit neiger deux centimètres tous les deux jours, c’est si anodin, que l’on n’en parle à peine. Au mieux, on le constate! Deux centimètres, c’est juste l’hiver qui nous ensorcelle à petits flocons.


Whiteness Originally uploaded by imapix
Ici, rendu au creux de la saison, avant quinze à vingt centimètres de précipitations, l’on ne fait plus guère attention à la neige. Elle est l’hiver. Elle fait partie de notre univers comme l’air que l’on respire. D’ailleurs l’air y est givré. L’air cristallise les narines, il se fait substance de saison. Il glace tout sur son passage. Mais l’on ne parle pas de grands froids avant -30. En moyenne, la température tourne autour de -15, -20 dans le vent. Rien d’alarmant. L’air ambiant se transforme en volutes d’hiver, visibles à l’œil nu. Mais c’est dépassé -25 que cela se corse, dépassé -25 dans le vent, le congélateur extérieur carbure à plein régime. Pourtant la vie continue, même par -30, les gens sortent dans les rues pour faire la fête...

Depuis le début de la saison, l’on est déjà passé au travers deux vagues bien frette! Parce-que passé -20, ce n’est plus froid qu’il fait, c’est frette! Lorsque tu sors trois minutes sur ton balcon et que t’as l’impression d’être entré dans un congélateur. Que le congélateur a avalé l’atmosphère depuis plusieurs jours déjà (parfois des semaines avant une journée douce), et qu’encore une fois, le froid intense pince la peau et picote les yeux, l’hiver te prend alors à la gorge. Il est si présent qu’il en devient concret, palpable, il devient une entité en soi. Et l'on en fait des chansons...

Chez moi, les bancs de neige ont dépassé le mètre depuis quelques semaines déjà. Tout est blanc comme neige! La nature s'est suspendue au rythme polaire. Est-ce que j'habite encore sur la Terre? Suis-je sur une autre planète? Ma pelouse est un désert de dunes enneigées. Le lac est un pré immaculé sur lequel l'on peut se balader. Même si les gens grognent de temps en temps au sujet du déneigement. On est « calicement » bien déneigé! Une fois la routine d’hiver enclenchée, les machineries de combats, lourdes et légères, pénètrent le cycle des jours. L’armée humaine se met en branle et nous fraie un passage d’hiver. Les déneigeuses, les tracteurs armés de leur pelle mécanique et autres bestioles du genre font autant partie du quotidien que les bus jaunes qui desservent les écoles. C’est l’hiver qui nous met en conserves...

"AVERTISSEMENT DE NEIGE: Québec a 04H16 HNE LE MERCREDI 7 JANVIER 2009
DES ACCUMULATIONS DE 15 A 30 CENTIMÈTRES SONT ATTENDUES SUR CES RÉGIONS. LE SYSTÈME DÉPRESSIONNAIRE JUSTE AU SUD DES GRANDS LACS CE MATIN ATTEINDRA LE SUD DU QUÉBEC CE SOIR. UN SECOND SYSTÈME PRENDRA ALORS LA RELÈVE SUR LA COTE DU NORD-EST DES ÉTATS-UNIS PUIS POURSUIVRA SON CHEMIN, TOUT EN S'INTENSIFIANT, POUR FINALEMENT ATTEINDRE TERRE-NEUVE JEUDI SOIR. LA NEIGE DÉJÀ PRÉSENTE SUR LE SUD-OUEST DU QUÉBEC CE MATIN SE PROPAGERA SUR LE CENTRE AUJOURD'HUI PUIS SUR L'EST DE LA PROVINCE CE SOIR ET CETTE NUIT. LES PRÉCIPITATIONS ABONDANTES COMBINÉE AUX VENTS MODÉRÉS OCCASIONNERONT DE LA POUDRERIE PAR ENDROITS. LA NEIGE POURRAIT ETRE BRIÈVEMENT MÊLÉE DE GRÉSIL ET DE PLUIE VERGLAÇANTE PRÈS DE LA FRONTIÈRE AMÉRICAINE EN APRÈS-MIDI OU EN SOIRÉE AUJOURD'HUI. D'AUTRES RÉGIONS POURRAIENT S'AJOUTER A CET AVERTISSEMENT AU FUR ET A MESURE QUE LA DÉPRESSION POURSUIVRA SA ROUTE VERS L'EST JEUDI."

7 commentaires:

lul'oups a dit…

Je savais que nos températures vous feraient réagir, vous habitants du froid pays!
-12° ce matin chez nous, la dernière fois qu'il a fait si froid, c'était l'année de ma naissance!!!
Mais bon, j'aime bien faire ma fière et dire à mes amis / collègues: "Vous rigolez ou quoi? Mes amis au Québec ont -30° en ce moment!"
Il n'empêche que je ne faisais pas la fière dans ma voiture à 6h30 ces deux derniers matins, très peur du verglas Lulu!!
Bises!

Sof a dit…

Ah, que la neige a neigé... ;) Au moins, ma vie n'est pas encore un jardin de givre (sous entendre: malgré le retour au travail!). Le froid, mais surtout le vent m'empêche de promener Fiston dans la blancheur; c'est la seule chose que je déplore à cet hiver qui se poursuit.

Etolane a dit…

Lulu, c'est sur que sans pneu neige, c'est la mer... Mais as-tu ressentie l'aventure de l'hiver, celle qui te fait monter l'adrénaline et pomper le sang dans les veines?

Sof et que la neige neige encore! ;) Hier le vent était killer. J'ai failli perdre deux doigts! ;) Je suis à l'hotel de glace pris dans la tempête et m'y suis trouvée bien à l'abri...

lul'oups a dit…

Aventure et adrénaline, je ne sais pas mais j'aime cette neige et ce froid, je préfère même à la pluie. Mais pour rouler, ça me fait un peu peur!
Là, on voit, on sent l'hiver jusque dans nos chairs et c'est agréable! D'habitude il fait trop "chaud"...

Valérie de Haute Savoie a dit…

Je me souviens de vrais hiver en Alsace où le mercure descendait à -20 ou -30 parfois. C'est vrai que les petits moins cinq d'ici sont tout juste revigorant :)

Akynou a dit…

C'est toujours la même chose. On en a d'ailleurs l'habitude : quand nous, Français, parlons de nos problèmes de neige et de froid (en a-t-on seulement le droit d'ailleurs), nous avons droit aux regards condescendants des gens qui vivent l'hiver, le vrai. Grand froids, -10 ? Peuh, quelle galéjade, chez nous, on ne parle de grand froid qu'à partir de -25.
Il y a un certains nombre de choses que nos cousins oublient.
1. Nous ne corrélons pas nos températures avec les indices de vent ni d'humidité. Bref, moins 10, c'est un moins dix sec et brut. Si on ajoute l'indice de vent, ça fera chuter la température d'un bon paquet de degré.
2. Ce n'est pas quelque chose d'habituel chez nous. Donc nos installations ne sont pas prévues pour lutter contre ça. Je rejoins le maire de Marseille qui dit qu'il ne va pas acheter deux chasse-neige parce que cette année, il est tombé 40 centimètres dans sa ville alors que c'est un événement qui arrive tous les 30 ans. En dehors des zones de montagnes,les Alpes, le Jura, le Massif Central, les Vosges, personne ne va acheter des pneus neige parce qu'il neige un fois tous les 36 du mois. Donc la neige, ça fout le bordel. On a le droit de le constater et d'en parler.
- Nos habitations ne sont également pas prévues pour cela. A tel enseigne que dans ma chambre, en ce moment, il fait même pas 17 °C, ce qui est frais quand je dois travailler des heures à mon bureau. Dans les villes du Sud, où les canalisations sont extérieures, le gel les fait pêter et il y a des coupures d'eau (en plus de l'électricité). Et nous déplorons, hélas, régulièrement des morts. Ce qui n'est pas à l'honneur de notre pays

Alors oui, pour nous, c'est une période de grand-froid, ne t'en déplaise :-) Tout est relatif. Mais quand ma famille antillaise, l'hiver, dit grelotter et sort les pulls par 19 °C. (16 °C, le record le plus bas, observé la nuit), je ne me fend pas d'un billet expliquant ce qu'est le froid, le vrai. Je compatis.

L'hiver est un mal nécessaire. Mais franchement, je cours pas après.

Etolane a dit…

Lulu, moi aussi je préfère la neige à la pluie, c'est plus doux la neige. Cependant pour rouler nous on a tous des pneus neige, en fait c'est illégal de ne pas en avoir passé le 15 décembre! Et ce n'est pas pour rien, mais avec de bons pneus, tant que tu roules doucement, normalement tout se passe bien! :)

Valérie, pour moi aussi qui suit d'origine jurassienne, le froid a toujours fait partie de mes repères, dans le jours un -10 quelques fois dans l'hiver c'est relativement courant. Mais tout est dans la perception et l'habitude, car même nous au début de l'hiver quand la température se met à descendre on sent le froid s'installer et puis lorsque l'on tape le -30, ensuite dès que cela remonte à -10 tu vas pouvoir sortir dehors sans manteau et ne pas te sentir attaquée par la "froidure"... ;)

Akynou, oulala, t'aurais-je froissée? Telle n'était point mon attention. Tu as peut-être raison ce billet manquait d'un peu de compassion, d'ailleurs en le rédigeant c'est un angle que j'ai coupé, deux phrases de compassion que j'ai décidé d'effacer... Je trouve cela intéressant que cela te fasse réagir. Je sais bien que pour ceux qui n'en ont pas l'habitude c'est une expérience troublante. Mais j'avais bien aimé le ton de ton billet à ce sujet. Tu sais ici aussi le froid fait des morts à chaque hiver, le froid est mortel. Nous possédons évidement ici des infrastructures que vous n'avez pas pour combattre l'hiver. Ici l'hiver on l'habite 5 mois par année, il en possède presque une part de sacré. Mon billet portait d'ailleurs sur l'Hiver plus que sur les hommes. Et sur les ces perceptions qui nous séparent qu'on le veuille ou non... D'ailleurs j'ai toujours trouvé la communauté haïtienne de Montréal bien courageuse de s'installer en de tels latitudes. C'est en en discutant que j'ai réalisé à quel point l'enfer et le paradis c'est relatif, à quel point les hommes peuvent faire du paradis un enfer ou transformer l'enfer en paradis...