jeudi, novembre 20, 2008

... un coup de pompe

4 comments
Cette semaine l'expression choisie reflète un peu de mon état d'esprit présent. Tannée d'avoir été malade pas mal tout l'automne (entre blessure et infections diverses), maintenant que mes jambes fonctionnent à nouveau, je reprends le chemin du Gym. Je fais une écoeurite aigüe de ce que me dit la balance et contre toute raison, je décide de pousser mon corps dans ses limites. Un peu pour me venger de lui, un peu pour me défouler, un peu pour me redorer le moral. Mais comme je n'ai jamais le dernier mot avec ma carcasse, il n'en faut pas plus pour que je retombe comme une mouche.

Fièvre, toux sèche puis grasse, nez qui coule et fatigue de circonstance. Plutôt que de retourner chez le docteur, de peur qu'il me remette encore sous antibiotiques, je vais consulter ma pharmacienne pour lui expliquer mes petites misères. Celle-ci m'explique que trop de cardio irrite les bronches (ah, je ne savais pas ce détail), que trop d'antibios affaiblit le système immunitaire (deux traitements en trois semaines) et que je dois être dans une mauvaise passe! Ainsi j'ai donc dû attraper une autre cochonnerie, ceci (et le cardio) aurait pu réveiller mes bronches fatiguées et ma chair se lamente en morceaux. Hum, je commence à bien le remarquer, merci!

Ceci n'est pas sans me rappeler les séquelles de cette grossesse qui me donna un bien joli bébé et qui faillit me tuer! Les mois qui suivirent ce fâcheux état mirent aussi mon système à plat! Même si je n'en suis plus là, les sensations de faiblesse actuelle me rappellent de désagréables souvenirs. Je discute en profondeur avec la pharmacienne zélée. De fil en aiguilles, elle essaie d'éclairer mon cas et l'on cherche des solutions pour voir si je peux essayer de m'en sortir avec quelques médecines douces (pour renforcer mon système immunitaire), ma pompe à cortisone (que je n'avais pas fini car elle me fait gonfler et me donne des envies folles de cardio) et une alimentation ultra saine ainsi que beaucoup d'eau et du repos. À suivre...

EXPRESSION via Expression.fr
« Avoir un coup de pompe »

SIGNIFICATION
Avoir un brusque accès de fatigue, parfois très intense, et pas toujours avec une raison connue.

ORIGINE
Par quelle pirouette bizarroïde et un peu gonflée, le coup de pompe qui, pourtant, redonne du tonus à un pneu de vélo dégonflé peut-il mettre quelqu'un à plat ? Une chose est sûre, c'est que cette expression apparaît aux alentours de 1920, puisque Gaston Esnault l'a relevée en 1922 dans le milieu cycliste, mais sans en expliquer l'origine exacte. Parmi les pompes qui pourraient nous intéresser, en dehors de celle à vélo, il y a la chaussure, en argot, dont un coup bien placé peut éventuellement provoquer une grosse fatigue, et les pompes, celles du sportif aux abdos et bras en béton, qui peuvent laisser épuisé si on en abuse. Mais il semble qu'aucune de ces deux pompes-là ne soit responsable. Par contre, Duneton évoque un article paru également en 1922 et dont le sujet est une toute autre pompe.

Ce texte parle des passagers d'un avion qui ont rendu tripes et boyaux[1] suite à un vol très chahuté et qui, à l'atterrissage, sortent de l'avion livides et en se traînant lamentablement, tellement on leur a secoué la pulpe du fond. Par contre, le pilote resté fringant, dit en descendant et en voyant les débris de ses passagers : "tu parles qu'on a pris un de ces coups de pompe !" Ceux qui ont pratiqué des engins volants comme le planeur, l'aile delta ou le parapente, par exemple, vénèrent les pompes car ce sont des bulles ou des colonnes d'air chaud qui s'élèvent et peuvent ainsi les aider à gagner de l'altitude ou, au moins, à se maintenir plus longtemps en l'air [2].

En dehors des pompes, bénéfiques, la masse d'air dans laquelle avance l'avion peut être extrêmement agitée (comme de l'eau que vous brassez avec la main) et le secouer comme un prunier, provoquant ce que certains appellent des "trous d'air". Ce serait par allusion à l'état des passagers 'très fatigués' par les turbulences subies et par le fait que ces colonnes d'air ascendant, qui 'aspirent' vers le haut les aéronefs qui s'y trouvent, sont vues comme provoquées par le piston d'une pompe, que serait née l'expression qui aurait été ensuite reprise par les adeptes de la petite reine où la pompe a sa raison d'être.

[1] Ce qui est bien en phase avec un sujet où le cyclisme est évoqué.

[2] On les appelle aussi des 'thermiques'. Si vous avez déjà vu des grappes de planeurs ou de parapentes tourner en spirale au dessus d'un même point, c'est qu'ils sont dans une pompe et tournent dedans pour y rester et en profiter au maximum.

4 commentaires:

Francois et fier de l'Être a dit…

Perso, j'aimes bien la version du coureur du tour frappant ses collégues à coup de pompe à vélo du temps où cela relevait plus des joutes que d'autre chose.

Looange a dit…

Je te comprends tellement en ce moment. Je suis complètement à plat. Mais pas pour les mêmes raisons. Repose toi bien.

Etolane a dit…

Coucou François! ;) Un vrai truc de gard! :lol: Merci du signe de vie...

Looange, oui mais au moins toi tu peux te faire de meilleures raisons, tu crées la vie. Moi c'est moins glorieux! Et dans mes moments de désespoir, je me dis que j'ai vraiment pas la santé pour essayer de me faire féconder de nouveau! Mais comme il ne faut jamais dire jamais, lorsque revient l'espoir, je garde une petite brèche ouverte. Tu va bientôt entrer dans ton deuxième trimestre, je te souhaite de retrouver le pep. C'est pas facile de sentir dans les choux avec des petits dans les jambes! Pis à ce que j'ai compris, t'as pas fait les choses à moitié, deux bébés, my god, cela doit être toute une nouvelle! Mes meilleures pensées...

Améthyste a dit…

Coucou Etolane
Ce commentaire est juste pour toi; pas pour être publié.
Peut-être que dans le coup de pompe, ce dont il est question c'est d'énergie, comme une pompe sert à vider l'eau, là la pompe retire et tire l'énergie propre de l'individu ; être pompé, c'est être vidé, épuisé, toute son énergie tirée, partie ... Peut-être.
As-tu VRAIMENT envie de retourner vers une vie professionnelle ? Si tu te répondais vraiment franchement à cette question, au fin fond de toi, peut-être que tu n'aurais pas besoin de t'infliger tout ce que tu t'infliges ...
Les femmes sont très partagées à notre époque. Le vieil atavisme de la nature, qui fait que la femelle reste au foyer pendant que le mâle va chasser, qu'on le veuille ou non c'est inscrit dans nos chromosomes ... Et de l'autre côté quand on a des neurones, avoir envie qu'ils servent à quelque chose, c'est indéniable aussi. Et pour couronner le tout, la nécessité de l'argent pour améliorer l'ordinaire. Je vis un peu comme tu vis en ce moment, donc je comprends bien. Même si aucune situation n'est semblable.
Quelque chose que tu pourrais faire c'est de te poser à toi-même la question : que ferais-tu si tu avais tout l'argent nécessaire pour vivre largement bien, sans travailler ? En ce moment que ferais-tu réellement ? C'est toujours un départ de réflexion. Et surtout ça éclairera ce qui est le plus important pour toi, dans l'existence. Tu peux être très étonnée de toi-même si tu te réponds réellement franchement. Il faut toujours regarder en face ses VRAIS désirs. Si tu fais une liste, ça t'aidera, et sache que ce qui arrive à la fin ... est le plus important !

Je suis désolée d'avoir raté l'anniversaire de ta fille solaire. Transmets-lui de ma part une "Bonne Fête" ( elle va se demander si je ne suis pas dingo )... je ne me vexerai pas si tu lui dis que c'est de la part d'une adulte qui "yoyote" un peu ;)
Bon courage et soigne-toi bien et surtout cajole-toi !
Amicalement.
Et tout plein de soleil de Floride ...
Améthyste
fran2us@yahoo.com