lundi, novembre 17, 2008

Célébrer l'enfance

3 comments
Célébrer l'enfance...

Après une fin de semaine passée à fêter l’enfant, la semaine débute froidement. De minuscules flocons flottent dans l’air glacé. Inscrire ces souvenirs dans le temps présent. Samedi, M’zelle Soleil a eu son premier "party" de fête. Rayonnante, elle a soufflé pour la troisième fois les bougies qui symbolisent ses trois ans.

Alors que nous préparions la fête. M’zelle Soleil réalise qu’il va se passer de quoi d’excitant. Il y a un petit thème de princesse qui plait beaucoup à ma fillette. Je dois cependant lui faire une petite leçon sur la générosité en même temps que je lui explique le principe des sacs cadeaux pour les invités. La pilule a un peu de mal à passer mais finit par se diluer dans la raison de l’enfant. Alors que je m’appréte à la coucher pour sa sieste, elle me dit d’un air piteux :

- Mais maman, ze suis pas invitée moi???
- Mais Liloo, toi tu as pas besoin d’être invitée, c’est pour toi qu’on fait la fête…


Cette année, elle a d’abord soufflé ses bougies en un petit comité familial, la deuxième fois à la garderie et pour le troisième gâteau, c'est avec un party digne de son nom que l'on clôture le tout. Un vrai party de fête qui commence à 16 :30 pour se terminer sur le coup de minuit. Une grosse douzaine d’adultes, huit enfants et un bébé. Du coté de l'enfance, j'ai réuni notre petite "gang de rue" à laquelle s'ajoute d'autres petits amis de la Miss. Les âges varient entre trois et 11 ans avec majorité de 6-7 ans. Les enfants sont à l'honneur. Coté adultes sont invités ceux de nos amis qui portent une affection particulière à notre petit brin de soleil. C'est une fête en deux phases, la première se déroule de 16 :30 à 19 :30, elle est axée sur l’enfance, le gâteau, les cadeaux. Je me fais maître de cérémonie. L’on commence par se faire des tatoos avec les premières arrivantes, puis l’on danse comme des folles et une fois bien échauffées, j’entraîne la troupe enfantine en un jeu sponsorisé par mon amie Dee qui m’en a soufflé les grandes lignes.

Deux par deux les enfants font équipe. L’un aura les yeux bandés et il sera guidé par son partenaire qui le déboussolera un peu avant de l’emmener devant un mur couvert de feuilles blanches pour y dessiner un objet préalablement choisi. Les plus grandes arrivent ainsi à dessiner des images qui me laissent bouche bée. Les enfants s’amusent et socialisent. La fête bat son plein...

My creationMy creation

Comme la glace est brisée je peux leur donner un temps d’expression libre sans m’en inquiéter outre mesure. M’zelle Soleil pétille de joie. Elle est en ébullition de bonheur. Parfois je ressens pour elle tant d’amour que j'ai l'impression que mon cœur est sur le point d'exploser. Il rejoue le big bang dans ma poitrine. Dieu qu’il peut être bon d’être maman!

Lizbeï notre poupon de service, sagement éveillé, se fait même « activité de jeu » tandis que les petites filles font la file pour la prendre et la papouiller. Lizbeï fait un tabac, elle passe de bras en bras sans chigner. Toute mignonne, elle ouvre grands ses petits yeux de bébé de trois mois. L’on chante tous ensemble cet air d’anniversaire qui donne à ma fille un sourire jusqu’aux oreilles. L’on chante en anglais et en français. L’on déguste le délicieux gâteau au chocolat gentiment confectionné par Vanou. Petit instant de gloutonnerie générale. M’Zelle Soleil s’amuse à chantonner « Bonne fête to you »...

Being Three

Arrive le temps d’ouvrir les cadeaux, l’enfant est gâtée et je suis émue de cet amour et attention dont on l’entoure. Il flotte une certaine magie dans l’air. Cette féerie emporte les quatre enfants qui repartent les premiers dans la nuit noire. Ensuite les papas sont mis à contribution avec un lâcher de confettis qui ravit ma fille et ses compères. M’zelle Soleil s’écrie un « Bravo les papas » des plus touchants. Elle a bien du mal à changer de disque dans les minutes qui suivent l’utilme bordélisation du salon.

La fête continue avec une intensité de décibels plus facile à supporter pour les adultes qui conversent aux quatre coins de la maison. Il reste encore quelques enfants avec qui l’on joue à la pâte à modeler. Une autre vague disparaît bientôt à l’horizon et l’on sort les hors d’œuvres, les salades, le fromage, les baguettes. M’Zelle Soleil passe d’un sourire à l’autre. L’ambiance est bonne, cela papote, cela rigole, cela échange. Marie H et Marie P, deux intervenantes en milieu difficile, (l’une travaille à la DPJ et l’autre en milieu communautaire) creusent ensemble ces causes qui les font travailler. Les hommes jasent, les conversations s’entrelient dans la nuit douce...

Sur le balcon, certains vont prendre une cigarette, d’autres les accompagnent, les discussions s’entremêlent dans l’air nocturne incroyablement tiède. M’zelle Soleil fatigue mais étire le plaisir jusqu’aux confins du possible. Vers onze heures et des poussières, nous finissons par arriver à la mettre au lit. Sans protester, elle tombe comme une masse. Elle est confite de bonheur. Le petit noyau adulte qui reste profite encore de la douceur de la nuit avant de reprendre la route. La fête se termine à l’heure où sortent les sorcières. Je sors mon balai, l'homme met la main à la pâte. Après quelques souffles ménagers, enchantés, l’on rejoint la chaleur bienheureuse de notre lit conjugual, tout en se disant qu'on a bien de la chance de pouvoir vivre de si bons moments d'existence…

3 commentaires:

Yano a dit…

Ça m'a tout l'air d'un très beau party cette fête! N'est ce pas de ce genre de moment dont on se rappelle plus facilement quand les années passent?

Mijo a dit…

Elle va s'en souvenir longtemps.

Etolane a dit…

Yano, oui je pense qu'il va rentrer dans nos mémoires. Même si l'important est d 'Avoir pu profiter du moment présent. J'espère que nous aurons l'occasion de faire encore plein de beau party dans les 20 prochaines années! ;)

Mijo, je le crois et je trouve que ces moments d'amitié sont aussi importants à son éducation... C'est pour cela que je me compte chanceuse d'avoir les moyens humains de le faire...