mercredi, mars 31, 2010

Vrac d'idées libres

5 comments
Vrac d'idées libres


Still Winter in my latitude...

Il y a de ces jours où j'écris des articles à la chaine et où j'ai l'impression de me presser la cervelle pour en faire du jus d'idées. Il y a les jours où je me transforme la cervelle en chewing-gum à passer d'un domaine à un autre, d'un article à une traduction sans grande transition. Et il y a les jours où je réalise que s'habiller aide à la concentration! Pendant ce temps mes mots s'ennuient au coin de ma tête. Je rêve alors de partir en voyage pour laisser libre cours à mes inspirations littéraires et photographiques. L'inconvénient lorsque l'on travaille à la maison c'est que celle-ci se conjugue au bureau et que l'on échappe jamais au travail qui attend.

Cela dit, je suis très contente de ces contrats qui me tombent sur le bout du nez. Je commence à avoir une bonne routine. Assez pour arriver à me compartimentaliser les idées de façon efficace. Cette semaine, j'ai même accepté un contrat Web qui me permet d'appliquer mes connaissances autrement que par écrit. Cela me sort de ma zone de confort mais le défi m'attire. Il y a aussi quelques pistes de fictions qui se dessinent à l'horizon. Je médite sur le sujet. Et il y a mon homme à aimer et M'zelle Soleil à chérir...

Dehors, dans la forêt, il y a l'hiver qui s'accroche après nous avoir fait croire que le printemps était arrivé! Après deux excursions en roller, l'on range nos patins tandis que la neige recommence à tomber. Les nuits qui se congèlent de nouveau. Pas de quoi s'extasier sous la pleine lune. Coté lac, j'attends patiemment qu'il dégèle!

De temps en temps, je sors en ville pour aller couvrir un truc ou un autre. C'est ce que j'ai fait la semaine dernière. Ce soir là, dans un lounge branché de Québec, j'ai réalisé à quel point je n'abordais pas la soirée du même angle selon que je travaillais ou pas. En fait, dans ces soirées là, travail et plaisir se conjuguent si facilement qu'il me faut toujours penser à garder un bon équilibre entre les deux. En effet, lorsque je travaille, je me tiens un peu en retrait, j'observe, j'étudie, je prends des notes, je réfléchis. Mais si je m'amuse alors je participe davantage, je bavarde et je ris. Souvent, lorsque je couvre un événement où j'y retrouve des amis, j'ai l'impression de faire l'équilibriste entre ces deux états d'esprit.

Et puis il y a ces moments où je veux écrire pour moi, juste pour moi. Pour laisser vivre cet instinct qui m'anime le sang. Et dans ces moments là, j'ai encore et toujours envie d'écrire sur elle. M'zelle Soleil. Ma petite fille qui grandit et m'hypnotise l'être. À croire que la maternité a aspiré toute ma créativité! Ce qui fait d'elle un vrai "bébé-enfant web". Bloguée depuis sa conception, elle est l'inspiration de tant de billets que parfois j'en ai le vertige. Pour l'instant, je ne pense pas nuire à sa vie privée mais je me demande si je devrais continuer de tant la partager. Sans parler qu'à la base, ce blogue est le mien et non pas le sien! D'un autre coté, j'aime partager ici ma mamamitude. Il y a tellement de choses à dire sur le sujet que je n'arrive pas à m'en passer!

Au fait, il n'y a pas quelqu'un qui a trouvé une machine pour étirer le temps? Et chez vous, est-ce que le printemps est déjà arrivé?

5 commentaires:

La Belle a dit…

Je crois qu'il est "normale" d'être différente pour les soirées où dans la journée nous avons travaillé ou non. Un 5@7 après le travail, c'est différent d'un 5@7 le week-end pour moi !

Je ne connais pas la machine à étirer le temps car moi aussi j'aimerai bien en avoir une ;-)

Ici le printemps est déjà arrivé il y a quelques semaines ! Plus de neige et il annonce 20 degré celcius pour le week-end de Pâques !

Ça sent plus que le printemps je dirais !

Emmanuelle a dit…

Chez nous le printemps est là même si les français raleurs moyens de la région parisienne se plaignent de la température qui joue au yoyo entre 10 et 20 degrés.

Les signes sont là : Bourgeons, verdure et débute de floraison :-).

Moi aussi je suis admirative devant ma progéniture qui pousse de jour en jour et je me demande bien comment je vais faire pour trouver autant d'amour à donner à son petit frère. Par exemple, je m'extasie devant ses dents qui poussent...déjà!

Je ne sais pas si je suis douée en tant que mère mais j'aime à penser que je suis en train de l'aider à devenir une belle personne et qu'il représente mon héritage à cette terre.

Etolane a dit…

La Belle, le truc c'est que le 5 à 7 est mon travail, le sujet de ce que je vais écrire alors je dois me ramener du matériel alors je suis pas là non plus pour socialiser même si dans l'absolu la frontière est fine. Car si je reste trop en retrait, je rentre aussi bredouille que si je papote trop! :lol:

J'attends le 20 degrés sans trop y croire! Mais maudit que cela ferai du bien après les 10 derniers jours...

Manue, oh, je pense que ton dernier a comm a été avalé! :-( Pour Jonah comme mari de jeu pour Liloo moi je suis partante mais son père par exemple, pas sure! :lol: Mais il ferait un petite couple trop cute! ;)

Bourgeons verdure, floraison... ahhhh je sèche sur place. Je vois toujours pas ma pelouse et le lac est un gros glaçon désertique! Ah! Les parisiens....

Il parait que l'amour maternel se décuple facilement, j'ai hâte de lui voir la binette à ton petit homme en gestation! :) Tu embrasseras ton grand pour nous! ;)

Emmanuelle a dit…

De mémoire l'hiver peut persister jusqu'à début Mai, alors courage !!!

Nous aussi on a hâte de voir ce p'tit bonhomme ! Même après 5 ans, on se demande encore comment on a pu avoir un p'tit blond aux yeux bleus malgré notre background en génétique. Celui lui sera peut être noir comme l'ébène ?? Verdict dans un peu plus d'un mois !

Anonyme a dit…

Lire le blog en entier, pretty good