mercredi, octobre 21, 2009

Etolane sort du placard

11 comments
"Coming out"

Ces deux derniers jours j'ai assisté à un intéressant colloque en tant que journaliste web à Québec. Et, par la force des choses, Etolane est sortie plusieurs fois de son placard...

Mais c'est correct, peut-être est-ce le temps que cela arrive. En fait, je crois que le décès brutal de Renée, une blogueuse avec qui je me suis sentie trop sauvage, m'a appris une leçon de vie.

Alors que je m'apprêtais à prendre cette main qu'elle me tendait régulièrement, son destin a basculé pour l'emporter vers l'au-delà. Si triste. Je n'aime pas les regrets. Et je regrette de n'avoir pas pris l'occasion d'échanger davantage avec cette femme à la vie si passionnée. Alors maintenant je me fais moins sauvage et je n'évite plus autant les possibilités de rapprochement virtuel. Les richesses humaines sont précieuses. J'aime l'idée de les partager...

Car, en effet, je dois admettre que depuis que j'ai pris cette autre fonction virtuelle, la frontière entre Etolane (qui représente mon identité web depuis des années) et ma propre identité humaine s'affine malgré moi. C'est donc un sujet sur lequel je médite amplement...

Aussi, je découvre par ces mêmes occasions qu'Etolane a un lectorat que je ne soupçonne pas. Il faut avouer que j'ai tendance à faire abstraction de ceux qui passent sans commenter ou laisser quelconque signe de vie apparent. Si je ne peux distinguer de votre existence humaine qu'un numéro IP dans mes statistiques, vous devenez alors si abstraits que je ne vois pas vraiment l'intérêt de me casser la tête à savoir qui vous êtes...

L'autre point est que si je vais à un évènement et que je sais qui vous êtes parce-que l'on se fréquente de près ou de loin sur le web via la bloguosphère, Twitter ou Facebook, je trouverais très impoli de ne pas me présenter en même temps que l'on fait réelle connaissance. Ceci dit, pour la première fois depuis des années, Etolane prend apparence humaine, c'est un processus étrange...

Aprés m'être habituée à la virtualité d'Etolane, aprés l'avoir bichonnée et cultivée, je dois désormais m'habituer à la représenter humainement. J'imagine que c'est logique. Depuis deux jours, j'ai l'occasion de réfléchir en profondeur sur l'impact du web en nos sociétés modernes et à ces transformations que cela implique en nos vies réelles. Du coup, j'ai les neurones qui baignent dans le bonbon et le sourire aux lèvres...

Nous vivons une époque révolutionnaire. Par le biais du web 2.0 nos repères évoluent considérablement. J'aime penser que nous gravissons un nouveau palier d'humanité via l'émergence de ce monde virtuel qui nous lie les esprits en une autre dimension. Et j'adore travailler en cette dimension que je trouve tout simplement fascinante. À savoir si je finirai au Yulbiz comme Michelle me l'a gentiment demandé. Je ne sais pas trop. Peut-être. L'on verra bien de quoi demain sera fait...

11 commentaires:

Véro a dit…

Je peux juste sourire...

αяf a dit…

Cette réflexion est intéressante en tout cas...

diane massicottte a dit…

Pour ma part, j'aime être à visage découvert et la réciprocité n'en est que plus authentique.
J'espère vous rencontrer au prochain Yulbiz!

La Belle a dit…

Effectivement tu fais une belle réflexion ! Je me découvre pas trop, je suis encore anonyme pour le moment, mais j'aime cotoyer virtuellement certaines blogueuses ! Qui sait, peut être un jour ce sera à mon tour d'en rencontrer !

Anne a dit…

C'est drôle que tu aies mis toutes ces années à y venir, toi qui écris plutôt dans le registre de l'intime. Mais j'imagine que c'est le temps que ça devait prendre.

Bonne "rencontre" entre Etolane et ton toi réel, alors :)

(Et pour les silencieux, je suis pareil !)

Etolane a dit…

Anne, en fait j'aurai peut-être du mentionner que durant toutes ces années j'ai fait plein de rencontres, surtout de filles, des couples et des parents mais toujours à l'intime, chez nous, chez eux. C'était des rendez-vous arrangés. Alors que là, c'est différent, c'est plus dans le cadre de rencontres publiques à l'extérieur, c'est plus social, pour ne pas dire professionnel...

Alors je ne suis pas la seule à faire abstraction des silencieux! ;) Toi aussi tu as un blogue depuis la nuit des temps, est-ce que tu as fait beaucoup de rencontres?

La belle, comme je le disais à Anne, ce contexte public m'est différent que ces rencontres que j'ai faites à l'intime via le blogue. Je dirais surement qu'à force de rencontrer des gens par le biais du blogue, je suis rendue moins sauvage. Cela dit, je dois avouer que je n'ai jamais eu de mauvaise expérience et j'espère que cela continuera ainsi... Il y a eu au colloque un point que j'ai trouvé pas mal drôle: "D'abord tu télécharges la musique puis tu vas au concert. D'abord tu te rencontres sur le Net et ensuite au réel! :)

Diane, en fait je ne me cache pas du tout mais c'est vrai que j'aime conserver un certain anonymat qui me protège (peut-être est-ce juste une illusion) des prédateurs de la Toile. Tout comme j'aime habiter au coin de ma brousse. Je suis une sorte de solitaire-sociale! Etolane est virtuelle, je suis réelle mais nous sommes en harmonie! :) Il me fera plaisir de vous rencontrer si je finis par me rendre un jour à un Yulbiz! Il faut dire que ce n'est pas non plus la porte à coté! ;)

Arf, merci, j'aime bien réfléchir sur ces nouveaux concepts que le web fait naitre en nos vies...

Vero, et je te souris en retour! :D

AlphaEvelyn a dit…

Je comprends tout à fait cette réticence, malgré que mon identité Web ait toujours été liée à ma réelle identité, je n’ai pas encore franchi le pas de la réalité. Je me promets d’un jour assister à un troisième mardi ou un Yulbiz mais je procrastine, j’attends, je remets…
Je suis casanière (peut-être un tantinet asociale), lorsque la journée de travail se termine, le confort du foyer m’est toujours plus attrayant qu’une activité sociale.
Un jour j’irai, rien ne presse…

vieux bandit a dit…

Je me suis retrouvée l'hiver dernier dans un party où une jeune femme s'est plantée devant moi et m'as dit: "vieux bandit!". J'ai dit... oui. Je connaissais son visage, mais je ne me souvenais plus de son pseudo! J'ai eu l'air d'une vraie épaisse. Finalement les badges avec "Bonjour mon nom est", c'est pas une si mauvaise idée ;-)

Anne a dit…

Oui, beaucoup ! Je me faisais la réflexion l'autre jour que des gens qui commentent régulièrement, je connais "pour de vrai" la majorité !

Mais j'avais aussi rapidement décidé de bloguer avec mon vrai prénom, aussi. Et puis il y a eu essentiellement de très belles rencontres, ça m'a encouragée !

elpadawan a dit…

C'est curieux, j'ai réfléchi pas mal sur ce même sujet, bien que pour des raisons différentes, et en ayant au final, aussi, des conclusions différentes ;).
(Et soit dit en passant, désolé si je ne commente plus autant, mais ça ne m'empêche pas de continuer à lire ;))

Candy Froggie a dit…

web, humanité.... moi je me souviens tellement de cette époque où on opposait internet à quelque réelle "sociabilité" possible. Mais le web est aujourd'hui tellement lié au réel. Impossible de les opposer. Douce pensée pour cette blogueuse envolée. :(