samedi, octobre 03, 2009

Vrac de jour

Idées dispersées

Voilà que j'ai presque trouvé un rythme de croisière en ce portail grand public où je travaille mes idées techno. Là-bas, je creuse et rédige maints sujets. Ici, je réalise combien j'ai du mal à retrouver ma discipline d'écriture personnelle. Je gribouille. Je bataille. Les mots se jouent de ma peau. Ils m'enivrent dans le silence de ma tête mais résistent à en sortir. À moins que cela ne soit le temps qui me manque. Le temps de m'y concentrer. Ainsi se déroulent les cycles de la vie...

M'zelle Soleil grandit tant et si bien que c'est désormais une personnalité à part entière. Cela me fascine la "mamamitude". Je l'aime avec effusion. Je l'élève avec attention. Je remarque son imaginaire en pleine expansion. Je l'observe d'un œil aiguisé. Je m'accorde à ses émotions. J'approfondis mes compréhensions. Je force mes patiences. Je savoure ces précieux moments d'enfance qui sont aussi fugaces que les couleurs automnales. Je suis fière de cette petite fille qui n'en finit pas d'évoluer. Je médite sur nos années à venir. La route est longue. L'on y avance. Inexorablement, je me sens grandir au fil de son existence qu'elle explore si gaiement. C'est encore le début de l'aventure parentale. Il nous reste beaucoup à apprendre...

Samedi matin: journée portes ouvertes en cette école de Québec où l'on compte l'envoyer l'année prochaine. Une école où j'ai travaillé comme aide maternelle il y a de cela une autre vie. J'en connais le niveau et je l'apprécie. En cet autre horizon, je retrouve quelques anciennes connaissances. Mon Dieu que le temps a passé se dit-on en se revoyant la face! Oui. Dieu que le temps passe! Bien vite arrivera l'entrée en maternelle de M'zelle Soleil...

Oui. Je vieillis. Je le sais. je le sens. Je le vois. Je n'aime guère vieillir. Ce n'est pas une expérience plaisante. Murir intérieurement est un processus intéressant mais vieillir physiquement est une sorte de chemin de croix féminin. Alors qu'il approche de ses trente ans, Juan se moque un peu de moi. Il me dit qu'il n'y voit rien. Il me dit que tout est normal. Qu'il faut bien vivre et vieillir. Il pense que c'est un phénomène naturel. Il affirme que cela ne le dérange pas vraiment. Vu notre différence d'âge, j'imagine qu'il vaut mieux cela que le contraire!

Mais lorsque que l'on regarde ensemble la télé, il rigole de me voir frémir devant certaines images. Il trouve que je frissonne à chaque fois que je regarde une pub anti-rides. Le pire est qu'il a certainement raison! En effet, je sens approcher le nouvel an 2010 et avec lui, la date fatidique d'un autre anniversaire qui viendra sonner le gong de mes trente-sept ans. Naître un premier janvier et voir tourner son âge avec les années qui défilent. Ne pas trop y penser. Ne pas oublier de se crémer le visage de ces onguents magique qui repoussent l'action du temps. Organiser Halloween. Préparer la fête des quatre ans de l'enfant début novembre. Envisager Noël...

Et choisir sur le champ l'une de ces expressions qui parsèment ce blogue. Ces expressions qui sont les fruits de cette langue qui m'est si chère et qui développe ce carnet de toile depuis si longtemps déjà...

3 commentaires:

diane massicottte a dit…

Chère toi,
il ne faut pas trop s'accrocher au passage du temps, inéluctable, on n'y peut rien.
Profitons du temps présent!

Candy Froggie a dit…

hmmmm, moi je prends des petits coups de vieux ici et là... l'autre jour on m'appelle "grande soeur" au pub parceque mes amis ont à peine la trentaine... Ais-je l'air d'une grande soeur? Je pensais que non! lol
Je demande à Martin: "tu me donnerais quel âge, toi?"
lui: "je te connais, alors je dirais 35" (mon âge), il perçoit un léger dépit sur mon visage, entend le souffle d'un soupir fataliste... là il poursuit: "mais si je ne te connaissais je dirai 30, A PEINE"... hehe

je lui ai rétorqué avec un sourire apaisé qu'il me parlait avec les yeux de l'amour -et tant mieux!-! :)

Nous survivrons ma belle, nous attaquerons la quarantaine florissante, magnifique!.. essayons juste d'être bien dans nos baskets... et franchement à 20 ans je me sentais 10 fois moins bien dans ma peau! Aujourd'hui je suis bien, je me sens bien, même si j'ai les seins qui regardent moins vers les cieux qu'avant! :lol: :)

Etolane a dit…

Chère Diane, merci de me le rappeler! :) Parfois accrocher le temps présent est tout un défi! ;)

Candy, cela me fait penser, ce printemps, à un party, je discute avec un copain, que je croise souvent dans les partys et que je sais plus jeune que moi. La conversation nous entraine je ne sais où et je prends conscience qu'il me croit plus jeune que lui. J'essaie de lui tendre quelques perches mais il insiste, finalement je lui dis :" Mais attends t'es plus jeune que moi". Il refuse de me croire, ben là, je lui demande son âge, il me répond 32, je lui réplique 36 et je vois la surprise l'emporter, il tombe sur le cul en même temps que je me sens hyper flattée! Il me répond qu'il pensait que j'en avais 28-29. Sa sincérité était si touchante que c'était le plus beau des compliments!!! :lol: Mais c'est vrai que moi aussi je suis mieux dans mes baskets que je l'étais à 20 ans, légèrement plus fripée mais beaucoup moins tourmentée... Une amie me disait que la quarantaine, c'est pas si pire... Bon j'imagine que l'on en parait 35 à 45, c'est pas la fin du monde! ;) Bises solidaires...