lundi, novembre 08, 2010

Blessures de guerre

9 comments
Blessures de guerre et prison de chair...

Orange Destiny

Durant ma grossesse, j'ai accumulé tant de livres que je me suis transformée en bibliothèque ambulante! Un véritable cauchemar pour la femme en ma peau. Après avoir accouché puis failli trépasser des suites de l'accouchement, j'ai réalisé l'ampleur de mon drame féminin. Dès que j'ai retrouvé un semblant de santé, je me suis inscrite à un Gym de femmes. Et puis, je suis partie en guerre... 

Les six premiers mois d'entrainement furent un calvaire. Trimballer une bibliothèque sur un tapis roulant c'est douloureux à souhait. De quoi s'envoyer l'estime de soi dans les pâquerettes! Cela dit, en deux ans d'entrainement continu, j'ai bien fondu. J'ai travaillé sur moi-même. Malgré l’humiliation intérieure, à force d’efforts et de volonté personnelle, j'ai grimpé cette montagne qui me semblait insurmontable. En chemin, j'ai pleuré, j'ai coléré, j'ai bataillé, j'ai sué comme une vache. Et, je me suis musclée. Petit à petit, l'espoir en ma peau est revenu.

Puis je me suis pétée les deux chevilles en un mois! À mon grand malheur, j'ai refait une petite collection de livres perdues. En maugréant, dès que j'ai pu remarcher, je suis retournée m’entraîner. Le cardio est la clé de ma peine. Mon cas est une conséquence amère d'une vingtaine avec un petit trouble alimentaire. Un certain trouble alimentaire qui me conservait fine mais qui abaissait mon métabolisme sans que je n'en ai aucune conscience. Ma grossesse a été le tournant qui m'a permis de mieux comprendre cette guerre que je vis avec mon corps depuis des années. Au fil du temps qui s'écoule, j'apprivoise l'idée que l'on doit vieillir et ratatiner. Ceci à la seule condition d'arriver à se sentir bien dans sa peau flétrie. Tout un défi pour tant de femmes (dont ma pomme des bois)! Un de ces jours j'aurai 40 ans, d'ici là, j'aimerais bien atteindre une réconciliation corps-esprit.

Bref, à force de m'entrainer, j'ai fini par découvrir le second souffle. J'ai même cru apercevoir des signes de paix. Puis j'ai atteint un plateau et M'zelle Soleil s'est cassée la jambe. Son accident a coïncidé avec mon renouvellement de contrat de Gym. Je ne m'en suis pas occupée. Trop concentrée à m'occuper de mon enfant blessé, j'ai laissé l'entrainement de coté. Lorsque je suis totalement intégrée à ma peau de maman, ma peau de femme a l'habitude de prendre le bord. Depuis que je suis maman, arriver à trouver une place pour la femme en moi est un cheminement en soi. La petite enfance m’absorbe si facilement le coeur. Son innocence m'enchante la cervelle sans problème. Me distancer du "monde adulte" pour mieux apprécier l’enfance de ma puce est si simple à mes sens. Même si cela va parfois à l'encontre de la raison moderne. Enfin, de toute façon, l'été c'est toujours plus facile de bouger et de ne pas trop s’encroûter.

Lorsque je suis retournée à mon Gym féminin, bien décidée à reprendre le taureau par les cornes, j'ai appris qu'il me faudrait repayer mes frais d'inscription. Et là, je me suis un peu fâchée. Sachant que j'ai payé en continu durant quatre années, que mon dossier fait une quinzaine de centimètres d'épaisseur, que cela faisait à peine trois mois que je n'avais pas donné signe de vie, me demander 150 dollars pour réouvrir mon dossier m'a semblé un peu exagéré. Bonjour le service à la clientèle pourri! Est-ce une façon de traiter les clientes fidèles? Je me suis rebellée. Évidement les conditions d’inscriptions se sont rapidement adoucies mais le mal était fait. J'ai refusé de me réinscrire et j'ai décidé de changer d'air...

Airs d'automne

Justement, au village voisin, le Gym mixte offre une promotion d'automne qui donne la possibilité de s'inscrire sans payer aucun frais d'admission. Finalement, je me dis que c'est peut-être une meilleure voie à suivre. Lorsque j'ai commencé à m'entrainer il y a quatre ans de cela, ce Gym là n'existait pas. Il est vrai qu'à l'époque, le Gym de femmes, même s'il se trouvait à une vingtaine de kilomètres de mon lac, confortait mes complexes. Quitte à grimacer et faire brasser son gras gélatineux, autant le faire entourée de femmes mûres. C'est meilleur pour le moral. Toutes dans la même galère... 

Cependant, étant désormais assez ferme et en forme pour envisager le Gym mixte, je me tourne les idées vers celui-ci. Situé à cinq kilomètres de ma maison, l'option est tentante. L'insatisfaction du service de mon Gym habituel aidant, je prends la décision de m'y inscrire. Je raisonne mes réticences et me lance. La première fois que j'entre dans ce Gym plus masculin que féminin, j'en remarque d'abord l'odeur musquée. Cela me fait un petit choc. La musique heavy-metal me surprend aussi. C'est vraiment une toute autre ambiance que mon Gym de femmes! Je prends une grande respiration et soupèse les avantages en ma balance interne. Ils prennent le dessus malgré l’atmosphère étrange. En quelques signatures, me voilà inscrite. C'est un nouveau début. Je me rappelle qu'il est bon de sortir de sa zone de confort et d'élargir ses horizons. Histoire de ne pas s'encrasser dans de vieilles habitudes qui font de nous des mémères pas cool.

Ainsi, lundi dernier, je commence ma remise en forme et processus de fonte. Mon casque sur les oreilles, je rentre dans ma bulle musicale. Je commence par le cardio et je réalise que celui-ci tient encore la route. J'en suis heureuse. La vue depuis les tapis est meilleure que celle à laquelle j'étais habituée. Jusqu'ici tout va bien. Le vestiaire féminin de ce Gym testoronné est chic et propre. C'est un plus. À peine si je regrette l'autre...

Une fois bien réchauffée, je vais faire un tour du coté de la section poids et machines.  Là, je réalise vite que les machines sont pas mal plus mâles que celles que je connaissais. Le paysage aussi est bien mâle! J'en reste un peu bouche bée. Assez étonnée pour ressentir en parallèle la subtile impression d'avoir passé quatre ans au couvent! Malgré moi, mon regard s'attarde sur ces muscles qui bandent. Je salive. Il n'y a pas de doute, je suis profondément hétérosexuelle.

Durant mes années d'entrainement féminin, j'avais oublié à quel point les muscles des hommes peuvent être agréables à regarder. Je me régale la vue sur deux militaires en pleine action. Vu que je suis bien nourrie, je regarde le menu sans commander (même si j’observe avec appétit).  Entre deux coups d'oeils, je teste les machines qui me paraissent plus coriaces que celles de mes souvenirs. Concentrée à sculpter mes formes, stimulée par les muscles bandés qui s’exhibent, j'abuse un peu des pectoraux. ..

Le lendemain, en plein élan, j'y retourne en compagnie de mon homme. Celui-ci est prêt à m'accompagner de temps à autres, cela me plait. C'est aussi l'avantage du Gym mixte. D'ailleurs, je le trouve bien sexy à courir comme un étalon sur le tapis. Je me tape une heure de cardio tapis/elliptique. Tout est sous contrôle. Mes fesses me disent même merci. C'est bien parti. Je reprends confiance en ce corps qui a la fâcheuse habitude de me trahir.

En compagnie de mon homme, je retrouve le coin des machines et des musclent qui bandent. Je me travaille les pectoraux avec vigueur. L'on plaisante un peu sur les sujets mâles de la place et Juan en oublie presque qu'il n'aime pas faire des machines...

Jaune d'automne

Deux jours passent. Mon horaire ne me permet pas d'aller faire un tour de salle de torture. Je me réserve donc vendredi et samedi pour suer. Mon ambition est de reprendre trois à quatre fois par semaine. Histoire de donner un bon coup. Histoire de me sentir bien dans ma peau un de ces jours. Mais jeudi soir, en me couchant, je ressens un pincement dans le haut du dos. Aille.

Je m'endors en espérant fermement qu'il disparaisse durant la nuit. Le lendemain matin, c'est loin d'être passé, c'est pire! J'ai le dos barré. Cela augure mal. Je laisse tomber l'idée d'aller m'entrainer et j'essaie de travailler mes textes malgré la douleur. Samedi matin, je me lève bloquée bien raide. Ouille.

Dieu merci, alors que la douleur me creuse les traits, Juan trouve un ostéo à Québec qui prend mon cas en main dans l'après-midi. Celui-ci me fait du bien mais ne me rassure point. Il m'explique que mon corps réagit à l’exercice abusif en générant une méchante inflammation du trapèze. Cette réaction verrouille mes vertèbres qui contractent et figent. Shoot! Encore une fois mon corps et ma tête sont en pleine dualité. C'est qu'ils ont du mal à s'entendre ces deux là! Ils se font la guerre plus souvent qu'ils ne s'aiment.

Mais dans la bataille, je ne prends pas la fuite. Je fais front. Je subis la douleur et la frustration, j'accepte le repos conseillé, les médicaments et les compresses gelées. Et, dès que cela sera passé, je repartirai au combat. D'ailleurs, à ce que j'en ai vu, mon nouveau champ de bataille est peuplé de petits soldats...

9 commentaires:

Marie-Julie a dit…

Courage!!! Avec ou sans muscles, tu es magnifique! :-)

La Belle a dit…

Ah ces livres ;-)
Mais je suis certaine que tu est magnifique :-D

ratata a dit…

Il y en a de la volonté dans ce (corps là), dans cette tête là !!

Anne a dit…

Sympa, je découvre l'ambiance de ces salles. Moi je n'ai toujours pas réussi à m'inscrire nulle part!!!

LUNA a dit…

Bon courage pour le dos,
J'ai également lu l'article intitulé "une maison vivante" qui m'a profondément émue.
A bientôt

tina a dit…

Bonjour Etolane,
Une activité sportive régulière m'est nécessaire aussi, les années passant, je le réalise de plus en plus. Je préfère la course ou la rando en petit comité ou même en solo.
Je comprends bien que tu abuses du regard sur les pectoraux, et, il n'y a pas de doutes, tu es bien hétérosexuelle :O).
Je n'écris pas souvent mais je te lis fidèlement, et tes photos de lac m'enchantent toujours.
Des bises.

acheter viagra a dit…

La charge physique est nécessaire à l'organisme, mais seulement dans les limites raisonnables! Il ne faut pas sauter plus haut de la tête!
Je vais à la piscine, je m'occupe des danses - pour moi cela est assez pour tenir l'organisme dans le tonus))

Candy Froggie a dit…

un peu de repos pour ton dos... puis tu vas voir... tu vas repartir comme en 40! Ta nouvelle salle a l'air bien chouette après tes années au couvent! haha! :P

j'aime la testostérone qui y règne, je m'amuse des petites compètes entre coqs sur les poids levés, tirés, etc. J'y suis comme un poisson dans l'eau :))

3, 4 fois par semaine, ha oui là c'est vraiment très bien!
vivement que tu puisses y retourner!!!

Viagra prix a dit…

j'aime la testostérone qui y règne, je m'amuse des petites compètes entre coqs sur les poids levés, tirés, etc. J'y suis comme un poisson dans l'eau :)