vendredi, novembre 27, 2009

Nu organique et corps flétris

8 comments
Nu organique et corps flétris...


Aujourd'hui, après une longue journée de traduction à discipliner mes idées éparses, j'ai ressenti l'envie subite de voir du nu artistique. J'aime le nu artistique, j'aime la poésie corporelle et l'absence de vulgarité qui s'en dégage. Je découvre alors un sublime album qui me fait penser à du nu organique (crédit photo Dave Aharonian)

La beauté des photographies de Dave Aharonian me nourrisent l'âme. J'y retrouve ces sensations pures de ma vingtaine où je m'amusais à me promener nue dans les bois juste pour le plaisir de me fondre la peau dans la nature bienveillante...

Pourquoi n'a-t-on jamais autant conscience de sa beauté que lorsqu'elle s'est fanée ou se fane? À l'aube de mes trente sept ans, alors que ma grossesse s'est inscrite dans ma chair (et la parentitude en ma raison), ce n'est plus le temps de me promener les fesses entre deux arbres en tenue d'Ève! Mais j'adorerai prendre un jour de si belles images...

Puis en passant par le boudoir de Mademoiselle K, je tombe sur le portefolio de Marrie Bot, une photographe néerlandaise qui découvre l'intimité âgée en une série très particulière. La première photo fait jaillir un subtil cocktail d'émotions paradoxales en mon sang. Je suis troublée et émue à la fois. Puis je tombe sur ce baiser qui dégage un romantisme auquel je ne sais résister pour finalement découvrir cette autre photographie qui me bouleverse profondément.

Dormir en cuillère passé 80 ans, c'est si émouvant. Il y a une telle douceur qui se dégage de cette image que je reste scotchée. J'en parle à Juan lorsqu'il rentre et il s'exclame: "Mais oui, à cet âge là, tu ressens toujours l'amour mais tu dois l'assumer avec le corps que tu possèdes! Mais le soir dans ton lit, tu dois encore avoir de ces moments où tu as envie de dormir en cuillère!". Il me prend la main et je sens une vague de chaleur me parcourir le cœur. En effet, il n'y a pas d'âge pour s'aimer....

L'amour qui est porté de décennie en décennie me fascine. J'en soupçonne une magie humaine insondable. Je viens de vivre une seule décennie d'amour et déjà, j'apprécie les sentiments qui en résultent. Ceci ne veut pas dire que notre vie est rose tous les jours mais elle n'est certainement jamais noire et insoutenable. La vie, tout au long de son cours, connait bien des passages douloureux. Nous avons déjà affronté bien des épreuves ensemble. Il nous arrive aussi de nous disputailler lorsque nous sommes stressés, de nous taper sur les nerfs lorsque la vie est dure ou de nous chamailler pour savoir qui passera le balai! Mais jamais nous ne nous déchirons les entrailles. Cet amour que nous cultivons ne laisse pas de place à ces moments tranchants.

Évidement, il y a une certaine passion qui, après avoir tenu le volant, s'installe dans le siège arrière de l'auto ! Mais parfois il suffit de garer la voiture et de sauter sur le siège arrière pour s'en rappeler (et la consommer)! Les stationnements sont plus rares une fois parent mais il s'en trouve toujours bien, un par ci par là, au coin du quotidien...

Je crois aussi que le ressentiment est le poison de l'amour. La compréhension en est l'engrais et la communication est la clé qui ouvre les portes du bonheur. En ma première relation, qui dura aussi dix ans, il y avait de l'amour mais tellement de blessures et de ressentiment accumulés au fil des ans que cela ne pouvait qu'exploser en une sorte de fin du monde qui me dévasta les jours.

C'est là que le destin déposa Juan sur mon chemin. Celui-ci s'éprit tant de ma peau qu'il eut la brusque envie de me recoller le cœur en miettes. Je ne sus résister à ses charmes et succomba. Et il a réussi son coup le p'tit maudit! Dix ans plus tard, mon cœur est recollé comme neuf et ses cicatrices ne font même plus mal! Il marche désormais merveilleusement bien et c'est en partie grâce à lui (et aussi pour lui). Je vais quand même m'accorder une certaine responsabilité de ma guérison en assumant les choix de vie que j'ai pris pour rendre le tout possible.

Alors que je vois arriver mon prochain anniversaire d'un œil désabusé, ces images d'amour et de nu flétri révolutionnent mon esprit qui n'admet pas le poids des années sur son corps. Comment ne pas me sentir à un carrefour d'existence, prise en sandwich, entre ces deux albums de photos découvert sur la Toile? Alors, je réalise que ces images de corps vieillis m'offrent d'autres repères que le souvenir de mes promenades d'antan. Elles dissipent le désespoir de ma jeunesse qui s'estompe inexorablement pour me débroussailler un chemin d'espoir vers de nouvelles perceptions...

8 commentaires:

minutepapillon a dit…

Elle est magnifique cette page d'écriture de vie. Touchée.

Juliette a dit…

Quel beau billet d'espoir...

Jane a dit…

Jai bien aimé
http://marriebot.kunstinzicht.nl/portfolio/werk/marriebot/22.html
Un homme qui semble chercher son salut. Ou qu'il a encore la tête pleine de questions même à son âge.
Merci pour ces découvertes.

Beo a dit…

J'adore ces photos et le message qu'elles véhiculent. On peut mesurer la différence entre l'Art et la mode....

Touchantes, comme ton billet :)

Etolane a dit…

Minutepapillon, merci. :)

Juliette, sans espoir il n'y aplus de vie, enfin moi je vis dans l'espoir pour trouver la force d'avancer...

Jane, c'est un plaisir de partager. Je suis allée voir. C'est aussi une photo qui dégage tant d'humanité... Cette photographe maitrise son art de main de maitre.

Beo, merci, oui l'art est bien plus profond que la mode! Peut-être comme l'amour et le sexe? ;)

julie70 a dit…

Dormir en cuillère, c'était cela qui me manquait le plus, après avoir rompu vers 52 ans, avec Paul (comme je le nomme sur web) et je l'ai eu de nouveau, pour un temps vers 60 ans avec mon deuxième mari.

Merci bien, je dors bien seule aussi.

Mais oui, j'aime aussi quand la nue exprime quelque chose, à n'importe quelle âge. Cet artiste, j'y suis allée la voir, suivant ton lien. Certaine images, merveilleuses, d'autres, même avec gens âgés, j'ai trouvé simplement obscènes.

Ce n'est pas la minceur ou la beauté du corps qui compte bien sûr, mais, d'une façon ce que l'image exprime. En tout cas, c'est nettement mieux, que l'image ancienne célèbre, où une femme, même pas de 60 ans, cachait son corps avec honte.

Ah oui, nous aimons, non seulement dormir en cuillère, mais faire l'amour, au pire, des fois avoir du sexe seulement, même après 70 ans ou plus. On ne devient pas "vieux" d'un coup, je crois que cela c'est un façon d'être.

Hier, un homme de 53 ans m'a écrit sur flickr, de Arabie Saudit: 'je me sentais vieux, vous m'avez rendu courage, changer la vie.'

Je me sentais la plus vieille vers 36 ans, quand mon mari pris un amante de 18 à peine. La période pire de ma vie, que je n'ai pas encore arrive à bien décrire ou assimiler. Puisqu'il est devenu agressive aussi vers moi, en même temps.

Assez de moi, merci pour toutes tes notes si sincères, si intéressantes, si émouvantes aussi.

Anouchka a dit…

Très touchant, le billet! Très belle votre relation qui grandit et se transforme avec le temps. À mes yeux, tu es très belle comme tu es et tu le sera toujours.
Je t'aime fort.

Etolane a dit…

Julie, merci de ces mots partagés, cela fait toujours du bien de savoir que la vie continue même si l'on vieillit! Je trouve trés intéressant le fait que tu te sois sentie plus vieille à 36, il faut dire que la vie ne semblait pas très gentille avec toi à cette époque là! Tu as traversé bien des épreuves... J'espère en effet avoir à ton âge cette vitalité d'esprit et cette ouverture dont tu fais preuve...

Anouchka, merci, t'es super fine, moi aussi je t'aime beaucoup! :)