vendredi, juin 05, 2009

Pensées naturelles...

8 comments
Réflexion naturelle...

C'est aujourd'hui la journée mondiale de l'environnement. En ce présent que j'habite je ne peux que tourner mon esprit en direction de ce lac qui me nourrit le quotidien.

Alors que les beaux jours s'installent , l'ambiance du lac se transforme perceptiblement. D'un lieu de nature pure, il devient terrain de jeu pour enfants gâtés. Car nous sommes tous extrêmement gâtés par cette nature qui nous entoure...

Comme je vis ce lac à l'année, j'en sais tout son potentiel naturel. Mais lorsqu'arrive l'été, c'est avec une petite pincée au coeur que j'observe le gâchis qui s'y opère. Sa population humaine triple. L'insouciance mêlée à l'inconscience donne un cocktail destructeur qu'il est difficile d'enrayer. Au sein de l'association pour sa préservation, nous travaillons fort à inverser la tendance, mais c'est loin d'être gagné.

Je m'inquiète souvent du sort de ce grand lac (si prisé). Qu'en sera-t-il pour les générations futures? J'espère que les dommages que l'on y cause ne seront pas irréversibles. Car les dommages que l'homme peut causer à un lac sont d'ordre catastrophique. Ainsi c'est avec stupeur que j'ai appris récemment que le lac St-Augustin (officiellement mort en périphérie de Québec) avait été classé "oligotrophe" durant les années quarante. Soixante ans pour tuer un lac en santé, c'est quand même quelque chose qui se note facilement...

Pour mieux accrocher la problématique commune des lacs au sud du Québec, il faut tout d'abord comprendre l'évolution de ces plans d'eau douce. Un lac évolue en trois stades. Il y a le stade oligotrophe, le stade mésotrophe et le stade eutrophe. Dans le cours normal des choses, il faut des millénaires pour qu'un lac traverse ces trois stades. Mais le lac St-Augustin, lui, est passé d'oligotrophe à eutrophe en un demi siècle. À chaque fois que j'y pense, je frissonne...

Les gens diront aisément que ce n'est pas si grave, que c'est un tout petit lac qui n'avait aucune chance entre l'autoroute, les agriculteurs et le déboisement de ses rives. Il était perdu d'avance. Bouffé tout cru par les mâchoires géantes du progrès. Mais quand même, cinquante ans d'exploitation humaine pour tuer un lac, c'est puissant...

Ne sommes nous pas d'ailleurs devenus un peu trop puissant pour notre propre bien? Assez puissants pour causer d'irrémédiables dommages à cette planète qui nous a engendrés? Plus le temps passe, plus les dommages se font sentir et plus je trouve que l'idée de sauver la planète est obsolète.

Personnellement, je ne crois pas que nous arriverons à tuer la Terre. Nous sommes assez puissants pour bien la faire souffrir mais à moins de nous quereller violemment, nous sommes encore trop petits pour l'exploser complètement. Nous périrons bien avant elle. Ce n'est pas elle qui est en réel danger, c'est nous! Car nous sommes certainement capable de détruire assez notre environnement pour ne plus pouvoir y vivre décemment...

La Terre n'a pas besoin qu'on la sauve. La Terre a besoin qu'on la respecte. Mais ce qui serait vraiment important ce serait de sauver le futur de nos enfants en leur léguant un sain environnement...

8 commentaires:

Beo a dit…

Quelle belle vérité à laquelle j'adhère totalement: la Terre n'a pas besoin qu'on la sauve mais qu'on la respecte.... C'est tellement ça!

minutepaps a dit…

C'est exactement ce qu'à dit monsieur papapillon hier avoir regardé le documentaire "home". J'ai dit "il faut sauver la planète" il a dit "non c'est l'homme qu'il faut sauver." En regardant ce beau documentaire je me suis sentie si minable...

Mymy a dit…

Concernant le lac St-Augustin : ça commence par un petit lac, ensuite ce sera le lac St-Jean, ensuite les grands lacs...

C'est justement quand ça arrive à "juste un petit lac" qu'il faut s'ouvrir les yeux et crier à l'urgence d'agir.

On dirait que des gens attende qu'on soit en mode de survit pour réagir et c'est cette léthargie qui m'énerve le plus. Un lac de mort c'est un lac de trop.

Âme Tourmentée a dit…

Je seconde totalement tes mots. Et oui, la Terre a besoin qu'on la respecte.

-xxx-

Blandine a dit…

Merci de tes mots si simples, pour décrire ce que je ne sais que crier...

Aujourd'hui c'est jour de vote en France, je penserai à toi en mettant un billet pour la planète dans l'urne

Katy a dit…

Je ne peux que te comprendre... Le lac dont tu parles me semble si beau... Ta fille lui offrant ses bras, un magnifique moment-))

La Belle a dit…

Je suis tellement d'accord avec ce que tu as écrit. C'est très important de faire attention à nos cours d'eau, que ce soit un lac ou une rivière ou un océan ou même un fleuve. Aujourd'hui les gens font attention, mais il faut les éduquer. C'est une belle prise de conscience que tu nous écrit là ! Merci.

Etolane a dit…

La Belle, je me demande si les gens font vraiment attention, parfois je t'avoue que je désabuse un peu. Il y a une si grande majorité qui ont tendance à ignorer le tout. C'est pour cela que je m'implique au sein de l'association, pour me sentir un peu moins inutile...

Katy, en fait je dois mentionner que le lac où je vis n'est pas le lac St-Augustin. Notre lac à nous est plus grand, niché dans de petits montagnes. Il n'y a ni agriculteurs, ni autoroute sinon une surexploitation estivale. Notre lac est en forme de huit avec deux grands bassins dont l'un plus profonds que l'autre. Pour l'instant il ne fait que démontrer les premiers symptômes d'eutrophisation, principalement là où il est le moins profond. Ce coté là est considéré maintenant comme mésotrophe alors que l'autre est encore oligotrophe, mais les temps changent vite. Et les mentalités devront changer aussi pour le sauver...

Merci Blandine, je ne savais que vous votiez en France. Justement le Lac St-Augustin s'il est considéré ici comme un petit lac, serait en France, un lac de taille très raisonnable... De ce qu'en j'en sais de l'état des lacs en France, ce n'est pas fameux non plus... :-(

Âme et Beo, oui je trouve que la notion de respect de la Terre se perd dans toute cette agitation de "sauver la planète". Car si on la respectait davantage, l'on devrait changer plusieurs de nos modes de pensées et cela apporterait un considérable changement général...

Mymy, c'est aussi mon idée, tu commences par perdre un "petit" lac et ensuite c'est comme un effet de domino jusqu'à ce que les plus grands soient atteints! Mais comme tu dis, tant qu'ils ne sont pas dans le mur, on dirait que bien des gens ne pensent même pas à l'éviter. Ainsi au lac St-Augustin, les mesures de préservation qui ont été prises sont toutes arrivées bien trop tard. La mal était fait. Mais si elles avaient été prises trente ans plus tôt... La situation serait surement un peu moins pire....

Minutepap, ton homme a bien raison, je suis totalement sa pensée. Et on peut tous en s'informant et s'éduquant à notre petite échelle faire des efforts de conscientisation et des gestes pour aider à inverser cette tendance destructive...