mardi, juin 09, 2009

Acquit de conscience...

14 comments
Acquit de conscience...

Avec les beaux jours revenus, nous faisons régulièrement des ballades en patins. M'zelle Soleil nous accompagne, bien installée dans sa poussette à trois roues. Je la pousse et parfois Juan me pousse pendant que je la pousse (ainsi l'on atteint rapidement une bonne vitesse de croisière qui fait sourire les passants).

Notre lieu de départ privilégié se situe à une quinzaine de kilomètres de la maison (au coeur de la base militaire). Nous stationnons l'auto en ce parking souvent désert. Nous enfilons nos roues et nous partons sur cette "route verte" qui traverse quartiers et boisés et qui peut même se rendre jusqu'à Québec si l'on est motivé (environ 35 km).

Ce soir là, nous venions à peine d'arriver lorsque je remarque une mustang rouge à une centaine de mètres de nous. Pendant que Juan sort la poussette du coffre, M'zelle Soleil sautille à droite et à gauche. De mon coté, j'observe un curieux manège. Des papiers souillés tombent d'une portière ouverte. J'observe avec attention un homme faire le ménage de sa voiture et tout foutre dehors. Je n'y crois pas. En 2009, nous en sommes encore là! Il y a encore de tels rustres qui se foutent complètement de la propreté de l'environnement! Ce n'est pas comme si je ne le savais pas mais le regarder en direct me rebrousse méchamment le poil! Une bouffée de révolte me pique le nez. Je colère tandis que Juan m'ignore. C'est plus fort que moi. Mes pieds avancent sans que je ne les commande consciemment. Presque malgré moi, je m'approche.

Je me pointe à deux mètres de la voiture. Par la portière ouverte, l'homme au crâne rasé, d'une vingtaine d'années, continue de jeter ses déchets par terre. Il perçoit ma présence et lève la tête. Je l'interpelle:

- Non, mais c'est vraiment dégueulasse ce que tu fais là!
- Ben quoi, c'est du papier c'est biodégradable! me répond-t-il avec arrogance.

Je sens la moutarde me monter au nez. Je contrôle la fureur de mes nerfs pour insister.

- Désolée, mais c'est vraiment un comportement dégueulasse! D'ailleurs c'est illégal, si la police te pogne, t'en aurais au moins pour 500$ d'amende!

Grognements de Neandertal frustré. La testostérone monte. Premier jet de violence verbale. Je m'apprête à tourner les talons avant que la tension ne se fasse trop forte. Je réplique quand même:

- Ouais, ben c'est sûr, quand on est con, on est con!!!

S'en suit un flot d'insultes que j'ignore royalement. La tête haute, le sang bouillonnant, je retiens le reste de mes idées révoltées. Même si au fond de moi, je voudrais presque qu'il me frappe, juste assez pour que je savoure la satisfaction de porter plainte. J'applique les leçons de civisme que j'ai incorporé en ma vie. Je lâche le morceau avant que cela ne dégénère.

La mère bien installée en ma peau prend le contrôle de la situation. Elle fait taire ma révolte intérieure. J'aurais pas l'air maligne de me faire tabasser devant ma fillette! Sans compter que Juan me défendrait au péril de sa vie. Et vu l'animal en face de moi, je ne suis pas sure qu'il s'en sortirait indemne. Il y a là le potentiel d'un bon traumatisme pour mon petit soleil d'enfance (qui ne sait encore rien des vices humains, elle qui n'est que reflets de bonheur) En trois secondes, ce fil de pensée se déroule dans ma tête. Je tourne le dos à l'abruti de service. Sans me presser, je rejoins Juan qui a, entre temps, réalisé que je n'étais plus à coté de lui. Estomaqué, il s'exclame:

- Nan, t'as pas osé! T'es quand pas allé lui dire!
- Ben si! J'ai pas pu m'empêcher, c'était trop dégueu comme comportement, je pouvais pas rien dire! Franchement on est quand même plus civilisé que cela me semble...
- T'es allé le voir? T'as pas peur des fois?
- Ben quoi? C'était ben d'trop exagéré! Je lui ai dit que son comportement était répréhensible...
- Tu m'hallucines! Pis il t'as dit quoi?
- Rien d'intelligent, il m'a insulté un coup mais je m'en fous....

Au loin, le couillon s'amuse à faire ronfler le moteur de sa mustang avant d'effectuer une série de tours qui génèrent un nuage de poussière. Alors que je le regarde d'un air désabusé, il s'arrête à ma hauteur, lève un poing dans les airs et crie "Yahhhhaaaaa!" avant d'accélérer comme un malade et de disparaitre à l'horizon! J'ai du mal à contenir mon dégout. Incapable de retenir le flot de mes paroles, je ne peux que répondre à l'air interrogateur de M'zelle Soleil...

- C'était juste un imbécile. Y'en a comme ça sur Terre. On est obligé de faire avec...

J'essaie de lui expliquer sans trop m'énerver comment il est stupide de jeter ainsi ses détritus par terre! Surtout lorsque l'on sait qu'il y a une poubelle à cinquante mètres! Le respect de la nature commence par de tous petits efforts. La demoiselle, habituellement si bavarde, m'observe sans rien répondre. Elle ne bronche pas. Elle m'écoute avec attention. J'ai conscience que je viens d'introduire un nouveau terme à son vocabulaire mais parfois "imbécile" est la chose la plus gentille que l'on puisse dire sur quelqu'un!

L'on part en ballade, le vent dans les boucles, j'expire ma colère. Pendant ma "ride", je la sens s'estomper. Quinze kilomètres plus tard, je suis en sueur et je suis calmée. Alors que l'on revient à proximité de la voiture, je vois les déchets de l'autre en plein milieu du stationnement. Je dis à Juan:

- Bon ben maintenant va falloir que j'aille ramasser. J'ai pas le choix. Après la gueulante que j'ai provoquée, faut que je ramasse...

Je vais voir de plus prés ce qu'il a jeté. Une douzaine de papiers" essuie tout "plein de crottes de chien! Yerk! Juan écarquille les yeux tandis que je me baisse.

- Ben dis- don' tu ramasses même pas les crottes chez nous! C'est moi qui me tape la job!!!!
- Tu remarqueras que je les tiens par le bout des doigts mon chéri. C'est un acquis de conscience. Cela m'écœure ben raide mais là c'est pour la bonne cause. Chez nous t'es là et t'es bon. Ici c'est mon problème personnel!

M'zelle Soleil joue sur un coin d'herbe pendant que Juan range la poussette dans le coffre. Alors que je reviens de la poubelle, elle me montre fièrement une bouteille vide qu'elle vient de ramasser par terre. Je lui demande d'aller la mettre à la poubelle et là, par miracle, elle me répond:

- Oui maman, z'y vais "sousdesuite"!

Si obéissante que j'en reste bouche bée. Elle qui ne veut jamais ramasser ses jouets (ni m'aider à faire un pet de ménage sans que je ne la menace) va jeter, avec cœur et volonté, cette vieille bouteille à la poubelle!

Mon coeur se remplit d'une satisfaction toute maternelle. L'humain est capable du pire comme du meilleur. Je sais combien nous sommes les premiers "influenceurs" de cette petite fille innocente. J'espère que l'on arrivera, dans les quinze prochaines années, à instiller en elle le meilleur plutôt que de nourrir le pire. Je crois que l'humain a le pouvoir de s'améliorer avec chaque génération qui passe. Le futur réside entre les mains de nos enfants. Je veux garder espoir en l'humanité malgré la ronde des imbéciles qui nous entourent...

Le lendemain matin au petit déjeuner, Juan passe du coq à l'âne et me dit:

- N'empêche hier, je me suis demandé une minute si j'allais devoir me battre avec un gros militaire musclé!
- Ben là, je voulais pas la bataille, je voulais juste le faire chi... Pis justement c'est que qu'il m'a dit que je le faisais bien chi... alors j'ai gagné. Mon point était fait. Cela suffisait...

14 commentaires:

Morgane a dit…

OUF!
Tu as du courage ! Je ne suis pas certaine que j'aurais fait la même chose.

Cynthia a dit…

Comme on dit, tout dans les bras rien dans le cerveau !

C'est vraiment choquant ce type de comportement que j'observe trop souvent à la plage et je ne peux m'empêcher de ramasser ces déchets qui sinon partiraient dans l'océan !

Félicitations d'avoir ramassé le caca de chien ;)

minutepaps a dit…

j'aime venir sur ton coin de toile m'inspirer de ton exemplaire mamatitude responsable et écalirée en toutes circonstances!

elpadawan a dit…

oulah, j'ai eu peur pour toi. Mais je suis fièr de ce que tu as fait. Et tu le sais bien, aussi, toi et Juan êtes des exemples, des modèles pour Mam'zelle Soleil. Vous lui inculquez des valeurs citoyennes et responsable, et je pense que ça restera ancré ;).

La Belle a dit…

Je te trouve courageuse ! C'est pas moi qui aurait été capable de réagir de la sorte ;-)

Looange a dit…

Wow je suis fière de toi.J'en aurais pas fait autant.

Sauf pour ramasser, j'ai tendance à ramasser les papiers qui traînent sur mon chemin ;)Même si ce ne sont pas les miens.

Blandine a dit…

Je me reconnais en tes mots. Souvent mon Homme me dit qu'un jour j'en prendrai une.
Dans ma vie urbaine c'est l'irrespect qui me hérisse le poil: le type qui se gare ostensiblement devant la sortie de mon garage, celui qui klaxonne à en réveiller les morts, ceux la je vais le voir et les arrose copieusement de leur attitude.

Lise a dit…

Félicitations! Ça prend des personnes comme toi pour participer à la construction d'un monde meilleur.

Sophie Anne a dit…

C'est ce qu'on appelle avoir le courage de ses opinions! Wow... Et si on avait tous le gots de dire - avec respect - nos idées et de défendre nos idéaux?

Yuna a dit…

Ouaiiiiis, bien joué!
Je me sens moins seule.....Enfin je veux dire parfois on agit sans trop réfléchir, emportée par ce sentiment de dégoût et d'indignation que le comportement des autres peut inspirer, je te comprends tellement!

Etolane a dit…

Tout d'abord merci à vous tous de ces encouragement et petits mots qui ont un effet de gomme à effacer ces insultes que je me prise dans la face. Vous me faites sentir moins seule. C'est rassurant. Ensemble je crois que l'on peut vaincre la connerie humaine...

Morgane, j'avoue que c'était presque inconscient, je n'ai pas été capable de résister à la pulsion...

Cynthia, je peux imaginer sur la plage comment ce genre de comportement est récurrent... D'ailleurs j'ai vu plusieurs documentaires sur ces déchets qui se ramassent sur les plages des iles désertes perdues au milieu des océans. Il me semble que j'ai même entendu parler d'une nappe de déchet de plusieurs kilomètres qui dérive quelque part dans le pacifique.... Je trouve cela tellement désolant... Merci à toi de faire aussi partie des "ramasseuses"... :)

Minutepaps, merci. Ma mamamitude me tient énormément à coeur alors j'essaie aussi d'y appliquer ma raison le plus souvent possible. Je ne suis pas parfaite mais j'essaie d'être une bonne mère pour cette petite fille dont j'ai maintenant la responsabilité. L'on a tellement de pouvoir sur les jeunes années de nos enfants...

Elpadawan, lorsque tu vois comment ton enfant peut te regarder avec une si grande confiance et un zeste de dévotion, tu te dis qu'il est important d'être responsable de tes actions... Franchement j'avouerai que c'est définitivement la partie la plus difficile lorsque vient le temps d'élever un enfant... Merci de t'être soucié de moi, j'avoue que si le "mâle animal" me rebute viscéralement, le "mâle chevalier" me fait toujours craquer! ;)

La Belle, c'est vrai que c'est délicat ce genre de situation mais j'ai souvent l'impression que ne rien faire ou dire est comme accepter d'être complice. Évidement je me doutais qu'il ne prendrait pas ma remarque avec un sourire mais j'étais bien décidée à contrôler ma colère afin de rester un minimum civilisé. Et puis je compte surement aussi sur le fait que je vis au Québec, un endroit où je me sens en sécurité en tant que femme et où je sais que frapper une femme est passible de punitions sévères... Cela aide au courage ;)

Looange, je ramasse aussi régulièrement des cochonneries qui traine et me dérange mais j'avoue que là c'était mon summum dégueu. Mais j'étais aussi fière de l'avoir fait car je crois en un monde meilleur et c'est petit pas par petit pas que l'on y arrivera...

Blandine, j'avoue qu'en France, je suis déjà passée bien prés de m'en prendre une ou deux! ;) Ici c'est plus calme socialement, bien que sur la base, il règne une ambiance particulière... L'irrespect urbain a Paris peut tellement dépasser de bornes que je peux très bien imaginer... On ferait surement une sacrée équipe féminine... ;)

Merci Lise, j'ai souvent tendance à croire que l'on peut tous améliorer le monde dans lequel on vit. Si seulement tout le monde s'y mettait un peu, cela ferait surement des miracles....

Sophie Anne, si seulement l'on prenait tous la peine de se détacher un peu de nos nombrils pour mieux comprendre et respecter ce qui nous entoure, qui sait ce qui pourrait arriver....

Yuna, oui c'est exactement cela, un sentiment d'indignation et de dégout si profond que cela te pousse à agir presque malgré toi....

Beo a dit…

J'aurais fait pareil. C'est le genre de pulsion que j'ai eu énormément de mal à réprimer depuis que je vis sur le Vieux Continent...

N'empêche que ce genre de comportement est beaucoup trop courrant, partout et ça m'énerveeeeeee!

Anonyme a dit…

si je puis me permettre : "AcquiT de conscience" ;)

Etolane a dit…

anonyme et après réflexion poussée, vous avez raison, c'est corrigé...