mercredi, juillet 18, 2012

D'enfance et de Festival

3 comments

Le Festival d’été de Québec est comme un tourbillon rempli de ces journées qui nous dépaysent le quotidien. Le flot continu d’artistes et de musique nous fait entrer dans une dimension humaine à part.

Avec nos amis nous faisons le Festival depuis bientôt une décennie. Les enfants sont nés au fil des années et nous nous sommes adaptés pour continuer de festivaler. Miss Soleil et Arthur ont tous les deux connu leur premier festival en tant que foetus et ils sont aujourd'hui de vrais compères d'aventures...

Ainsi on embarque nos enfants dans une parenthèse festivalière qui n’est pas sans leur dégourdir les idées. Le Festival d’été fait partie de ces exceptions qui bousculent la routine enfantine et c'est tant mieux!

Festivaler avec des enfants demande plusieurs concessions et une bonne organisation. L’expérience acquise au fil des ans nous est précieuse pour nous aider à profiter de ces dix jours avec notre progéniture.

Tout d’abord repérer les endroits où les enfants pourront apprécier un spectacle. Sur les Plaines, c’est sur les collines qu’il fait bon emmener les enfants.

Là, ils peuvent se défouler en toute tranquillité, rencontrer d'autres enfants et lorsque vient le temps de balader la poussette pour les endormir, il suffit de rouler un peu plus loin sur la colline pour qu'ils s'endorment comme des anges.

Du côté du Parc de la Francophonie, c’est près de l’arbre sur le côté du site qu'il fait bon prendre quartiers. Cela dit un casque pour assourdir le son est de circonstance, surtout pour les plus petits. Place d’Youville, c’est un peu n’importe où selon la densité des spectateurs. C'est la scène où il est facile d'y emmener des enfants et plusieurs familles en profitent.

D’une façon générale le parent festivalier possède tout un attirail d’accessoires pour se faciliter la tâche. Il se tient plutôt loin de la scène. Selon les âges de sa progéniture, il s’adapte. Certains soirs l’enfant s’endort dans la poussette et il en profite jusqu’au bout. D’autres soir sont écourtés pour ne pas brûler la chandelle de l'enfant par les deux bouts. Et il y a ces soirs où la musique plait tant que l’enfant danse sur les épaules des papas (ou dans les bras des mamans)…

Et ces soirs là, les enfants peuvent inspirer les photographes à en capter l’instant magique. C’est d'ailleurs ce qui est arrivé à Miss Soleil. Haut perchée sur les épaules de son pére, elle s’est fait croquer par le talentueux Philippe Renaud, photographe officiel du Festival d’été.

Lors du show de Gnawa Diffusion la puce a adoré danser sur les rythmes exotiques du groupe marocain…


Je ne pourrais imaginer festivaler sans ma puce et mon homme. Au fil du temps, le Festival est devenu une véritable tradition familiale. Nous y retrouvons des amis et nous nous y évadons les idées. Il nous offre l'occasion de voir des spectacles en plein air, de profiter de la ville et surtout de passer du temps de qualité en famille.

Samedi soir. Cela sent déjà la fin. L’on décide que les pères iront à Offspring sur les Plaines et les mères à Metric au Pigeonnier. En nos jupes deux enfants de six et deux ans. Deux petits compères de Festival qui sont bienheureux de leur sort. Une Julie en bedaine ronde nous accompagne. En son ventre, un petit festivalier en devenir...

Alors que je file prendre des photos sur le devant de la scène pour trois chansons les filles s’occupent de ma puce qui adore s’occuper d’Arthur. La nuit est douce. La musique de Metric électrice l'atmosphère. Le tout est à la hauteur de nos attentes.

Dans le Pitt photos, une horde de photographes shoote la chanteuse du groupe. Difficile de résister à son charme. Toutes en jambes, Emily Haines dégage sur scène une telle présence qu'il est difficile d'y rester insensible.

En retrouvant ma gang de filles, j’y découvre ma puce emballée par la musique. Elle danse avec toute l’énergie de ses six ans et son bien-être de petite festivalière. Je danse avec elle. La foule est aux anges. Si seulement, par instants, l'on pouvait arrêter le temps!


Dans ces moments-là mon cœur de maman sourit de la voir si épanouie. Si bien dans sa peau. Dans ces moments toutes les concessions adultes que l’on fait pour qu’elle puisse, elle aussi, profiter du festival ne sont plus que des détails...

3 commentaires:

Blandine a dit…

Metric... Emily Haines... Bonheur !
Un des groupes que j'aimerai beaucoup voir en live et qui manque à ma "collection"
J'aime ces ambiances de festival. L'an dernier avec ma Suzie c'était une joie, cette année point de musique en plein air, "à cause" de son petit frère trop petit pour cela.

Etolane a dit…

Coucou Blandine, ce serait cool de se faire un Festival sur nos vieux jours! M'en va finir par remettre les pieds en France un de ces 4!

Catherine Matusiak a dit…

Ta petite poupoune est trop mignonne à danser sur Metric.