mercredi, mai 18, 2011

Jour après jour...

11 comments
Un jour à la fois...

Aujourd'hui, il fait presque doux. Cette année,le printemps s'affirme timidement. Le temps est aussi bancal que ma santé. En harmonie avec la nature, j'éclos à mesure que je guéris. Semaine après semaine, je me soigne.

Je dépense encore beaucoup trop d'énergie à guérir. À me reposer  Mon nerf facial se régénère, c'est une expérience en soi.

Durant ce processus de régénération,  je découvre une panoplie de sensations faciales plus ou moins douloureuses. Une panoplie assez riche pour en faire un roman bien déprimant! Je passe mon tour et j'attends les beaux jours.

Millimètre après millimètre, je m'éloigne du pire. La partie affectée de mon visage retrouve des sensations de plus en plus normales. J'en suis reconnaissante. Même si je la ressens encore, plus personne ne voit cette paralysie qui a bouleversé mon hiver.

Je vais chez le kiné religieusement. Je prends mes médicaments. Je me repose. Je materne. J'aime. Je m'éparpille entre diverses virtualités. Je traverse les difficultés. Je me love en mon cocon de quotidien entre lac et forêt.

Les semaines passent. J'en suis à la quinzième depuis le début de la maladie. J'écris mes piges. Je fonctionne. Durant l'une de ces piges pour un portail tendance, je découvre un Gym à Québec avec des machines à Pilates. Je craque tellement sur le concept que j'y reviens. Impossible de faire autrement! J'en ai trop besoin. Je m'y inscris même si c'est à heure et demie (aller-retour) de chez moi. La garderie est géniale, M'zelle Soleil adore y aller, cela nous donne l'occasion d'une petite aventure mère-fille hebdomadaire en ville.

Comme je fais du Pilates depuis plusieurs années (on and off) j'entre direct dans une classe avancée. Je retrouve des repéres corporels. Cette discipline particulière est ma préférée. J'aime la pratiquer. Avec bonheur et effort,  mes muscles engourdis par la maladie s'étirent et se délient. La prof complimente mes acquis. Je souris et je rougis un peu. La maladie accentue la vulnérabilité. Je me renforce l'être en même temps que le corps.

J'adore le Pilates sur tapis et le Pilates sur machines, c'est de la balle! Ma peau trippe. J'entends les remerciements de mon corps. Je lui réponds que cela fait partie du processus de guérison. J'apprends à mieux le considérer. À tenir compte de ses limites. La route est escarpée, périlleuse. Je persévère.


Je reprends les rennes de ma vie. Petit à petit mon corps récupére sa santé perturbée par le maudit virus. Bientôt prête à faire un bilan de cette déconcertante maladie, je médite encore un peu sur le sujet tandis que bourgeonne la forêt...

11 commentaires:

Valérie de Haute Savoie a dit…

Je suis vraiment contente de te savoir sur la pente de la guérison. J'imagine combien cela a dû être violent de se réveiller avec cette paralysie.

Michèle a dit…

Touchant et inspirant! Il y a des moments dans la vie où le fragile équilibre se brise. On perd presque le contrôle! Il serait tentant de s'effondrer... Tu nous as montré au fil de te chroniques qu'il faut savoir puiser en soi, utiliser ses ressources internes et externes, partager avec ses amis et ne pas se laisser abattre. Il faut plutôt agir sur ce qu'il nous est possible de faire. Il y a toujours une lueur au bout du tunnel. Un expérience douloureuse de la vulnérabilité de notre être mais qui te fera savourer davantage chaque seconde qui passe. Au plaisir de te lire!

Anonyme a dit…

Que vous êtes belle dans votre tête et surement dans votre corps. C'est avec des blogs comme le votre que nous avons envie de continuer et de devenir plus forte. Merci

tribu Monselet a dit…

Je suis heureuse de savoir que tu continues de remonter la pente. Merci de partager avec nous ce que tu ressens... C'est dingue le fonctionnement de notre corps et de notre esprit : notre esprit se laisse happer par la course du quotidien, la ronde des jours, du temps qui s'effrite, on s'y perd sans en avoir vraiment conscience, ou alors de temps en temps comme si on s'échappait d'un mauvais rêve...et puis de nouveau sans s'en rendre compte on coule de nouveau dans le rythme sociale... Et puis un jour notre corps nous crie STOP ! par petites touches ou par un grand crac... et là on est bien forcé de s'arrêter... de prendre le temps...
Un enfant un jour m'a écrit : "parfois je rêve d'être immobile" cette phrase me procure toujours des frissons. Et si une fois de plus la vérité sortait de la bouche des enfants ? Si on réapprenait à se tenir parfois immobile, dans notre corps dans notre esprit, pour être à l'écoute de soi, à l'écoute du monde... recréer l'harmonie perdue...
Ton histoire pousse à réfléchir, à se dire qu'est-ce qui est réellement le plus important pour moi ? où mes priorités se situent-elles ? Qu'est-ce que je peux lâcher, avant que la vie ne m'envoie un rappel à l'ordre trop douloureux ?
Bises et prends bien soin de toi

Anonyme a dit…

de mon béarn d'adoption, je vous adresse toute ma sympathie et mes pensées de courage. merci de nous faire "partager" votre force et cette tornade de vie qui se lit au fil de vos mots ;et ça fait mouche à chaque fois que je vous lis. Impossible de vous échapper!...amitiés.
BRQ64

Candy Froggie a dit…

je trouves que tu t'en es tapée pas mal des parcours du combattant depuis quelques années. La roue tourne, les prochaines années promettent d'être fantastiques! Il est temps! Vraiment chouette pour les séances de pilates, j'imagine le bien que cela doit te faire!!! je t'embrasse bien fort ma warrior sista!

Céline a dit…

Merci Etolane pour le récit de cette épreuve qui nous en apprend beaucoup sur toi mais aussi "l'homme" en général avec ses peurs, ses faiblesses, ses doutes mais aussi sa puissance, sa force, sa bonté et sa foi... Tu exprimes si bien ce que tu traverses et nous le partage avec une telle sincérité... ça me touche.
Je suis heureuse d'apprendre que tu es en plein sur la voie de la guérison et que tu t'approches de la délivrance finale!
Et merci pour le tuyau de la salle de gym avec machines à Pilates! Ça me donne envie et c'est vraiment proche de chez nous en plus! ;)
Bonne journée! :)

Etolane a dit…

Valérie, merci de ce petit signe de vie qui me fait plaisir. Oui cela a été très violent, mentalement, j'en garde un certain traumatisme...

Merci Michèle de ces mots qui me réchauffent le coeur, ces derniers mois furent en effet aussi difficiles qu'instructif. Cela dit, à l'avenir, je souhaite apprendre dans la douceur plutôt que dans la douleur. Après le combat, j'espère que je pourrais voguer dans le calme...

Tribu Monselet, j'ai définitivement le caractère plus fort que le corps et équilibrer les deux est un défi permanent. Mais plus je vieillis et plus je comprends combien il est important de trouver cet équilibre qui peut aider notre santé à s'améliorer. Je te souhaite de trouver la réponse pour trouver le meilleur équilibre en ton quotidien. C'est un défi pour chacun. Meilleures pensées...

BRQ64, merci de cette amitié virtuelle qui me touche. Au plaisir des mots et de la vie...

Candy, m'en parles pas, je demande un répit! J'espère que l'été se déroulera en douceur afin que je puisse reprendre mes forces et m'épanouir plutôt que batailler. Bises affectueuses ma Candy préférée...

Céline, merci de partager ces sentiments que tu ressens au fil des mots que je partage. cela me touche aussi! :) J'ai bien hâte d'être délivrée! Suis rendue pas mal tannée! :lol: Pour le Gym, je te conseille vivement. La semaine prochaine c'est le dernier cours de la session de printemps. L'on ne sait pas encore s'il y aura des cours durant l'été. Je l'espère. Un de ces 4, il faudrait bien se boir un café sur une terrasse! ;)

Céline a dit…

Pour le gym, je pensais peut-être faire un essai à l'automne car je pars en voyage dans pas long... Oui, un café ou autre en terrasse, pourquoi pas! Ce serait l'occasion de faire connaissance pour vrai... Et merci de toujours prendre le temps de répondre aux commentaires, c'est très apprécié!! ;)

Etolane a dit…

Depuis les débuts de ce blogue, je vois la fenêtre de commentaire comme un banc où s’asseoir et discuter, partager, faire connaissance... :) En fait je suis si habituée au virtuel que la frontière qui le sépare du réel est très mince et facile à traverser! Il me ferait plaisir de la traverser un de ces 4 pour un café! ;)

Céline a dit…

Je prends la perche que tu me tends Etolane... Un de ces 4 (à mon retour de voyage), il me ferait également plaisir de m'asseoir sur un vrai banc avec toi! (j'ai plein de questions à te poser sur le Pilates entre autre!)
Merci encore! ;)