vendredi, mai 27, 2011

De femme, de rides et d'un mari

11 comments
De femme, de rides et d'un mari...

Ces dernières semaines, j'observe naître une ride avec un petit pincement au coeur. Je grimace et je maugrée. Je n'apprécie guère la sensation qui en découle.

Car si j'ai adopté mes pattes d'oies comme signe de maturité, j'ai une petite hantise des ridules de lèvres. Et voilà que naît ma première! Une ride verticale au coin supérieur de la lèvre. Une ride qui ne se voit pas encore tant que cela mais que je regarde avec hargne, certains matins mal lunés.

De ces matins où l'on se réveille le visage chiffonné par une nuit qui n'a pas reposé. De ces matins où le temps marque son emprise sur la peau et qu'il est impossible d'y échapper! Je ne me réveille plus fraîche comme une rose... Serai-je bientôt fanée?

Ces matins là, devant la glace, je me rappelle que je préfère être ridée qu'asymétrique et qu'il vaut mieux avoir quelques rides que la face tordue! Je n'en crème pas moins avec passion cette ridule qui me désole. L'on dit que les rides font le livre de la vie. Cette ride là doit être le chapitre concernant la paralysie.

J'en parle avec Juan. Il ne voit pas l'importance de la chose. Tant mieux. Pour lui les rides font partie de la vie. Il semble moins s'en préoccuper que moi. Cela m'intrigue un peu. Est-ce que la ride est vraiment une hantise toute féminine? Il est vrai que les hommes peuvent rider en toute impunité. De manière si injuste que pour eux, la ride accentue le charme au lieu de l'estomper. Alors que je soupire et boudasse dans mon coin, Juan m’observe et me dit:

- Voyons Etolane, tu ne peux pas déprimer à chaque ride! C'est pas logique. Si tu fais une dépression à chaque ride, comment tu vas faire pour passer au travers des 30 prochaines années!?!
- Aille! Juste. Mais ça fait mal! Je veux pas rider!!!!

Malgré tout, cette petite phrase me fait du bien car c'est une vérité que je ne peux que regarder. J'aime regarder les vérités. Bien plus que me conforter dans les mensonges. Dans deux ans j'aurai quarante ans. Et même si cela me fait grincer des dents, je suis prête à continuer ma vie après quarante ans! Donc si je vis les 30 prochaines années, je vais certainement rider. Autant m'y habituer. Enfin, autant essayer. Et continuer de me crémer...

11 commentaires:

Céline a dit…

Etolane, je suis tellement contente de lire ce post!! Je me sens moins seule dans ma bouderie face aux rides qui apparaissent et qui deviennent presque parfois une obsession!... Difficile en effet de voir et d'accepter les marques du temps sur le visage et le corps en sachant que ce n'est que le commencement! Je me dis que si ma peur et ma désolation de me voir vieillir sont si présents, c'est qu'il y a un "couac" chez moi, quelque chose que je n'ai pas réglé??! Parce que je connais des femmes qui s'en accommodent très bien. Mais le pire, plus que les rides pour moi, c'est le relâchement de la peau... Évidemment, une expérience douloureuse comme ta maladie aide à relativiser les choses... Je vais donc penser que ma situation n'est pas si pire que ça et que je devrais remercier le ciel d'avoir un visage "normal" et (me) sourire dans le miroir! ;)

Lise a dit…

Même si ma "carosserie" accuse le temps qui passe, j'ai à peine 20 ans dans mon coeur. C'est bien dommage qu'on ne puisse empêcher le compteur de tourner. Il n'y en aura pas de facile!!!!!

prinsessan Fluflu a dit…

Bonjour Etolane !
Je te lis depuis longtemps, avec beaucoup de plaisir, même si je ne laisse jamais de commentaires.
Mais là aujourd´hui, en te lisant , j´ai bien rigolé !
je sais, ce n´est pas gentil !! ;))
38 ans , une ride et tu paniques ???
1- c´est en parlant des rides comme d´un éventuel problème que cela en devient un.
donc, arrêtons d´en parler !
2- les crèmes anti-rides ahaha..il y en a qui ont compris comment faire pour gagner de l´argent sur le dos de ceux qui ne sont pas en armonie avec eux même.
3- vieillir , c´est normal et notre carte génétique n´est pas la même.
Mais par contre, tu peux penser à..
ne pas trop t´exposer au soleil,
manger intelligent,
prendre l´air pur,
apprécier ce que tu as,
aimer, rire.... soigner ton apparence simplement.. etc
Tu semble faire une " p`tite fixette sur l´âge",
le physique....
Tu sais, je connais
des " vieux de 20 ans "
et "des jeunes de 85 ans"
J´ai moi- même 56 ans et pas de rides ..désolée ;))
On a toujours quelque chose que les autres n´ont pas.
Moi, j´ai des yeux qui n´ont jamais bien vu par ex.
Et cela me tracasse beaucoup plus que l´arrivée
d´une ride !!
Ce n´est pas un problème féminin, c´est le problème de certaines femmes, qui ont un autre problème qui se cache derrière celui des rides .

Il est bien dommage que tu habites si loin de moi,
j´aurais aimé te parler de certains de tes billets,
parce qu´il y a un fil rouge entre celui
d´aujourd´hui et d´autres.

C´est toi qui décide de comment tu veux être perçu par les autres.
Si tu parles continuellement de tes rides ,
de ton âge, de tes éventuels cheveux blancs,
il est évident que tu vas donner l´image
d´une " p ´tite vieille prématurée"...
Fais comme moi amuse-toi. rigole, jouis de la belle vie que tu as, de ta liberté, et fais un pied de nez aux exigences de notre société moderne.
Regarde- toi dans le miroir et sois heureuse de ce que tu vois.
Les autres ???
SI ils t´aiment vraiment,
ils te prendront comme tu es !! :)

ClaudeL a dit…

Je n'ai rien vu venir, je n'y portais pas attention. Pas visuelle pour cinq cents ni pour moi ni pour les autres. Même le regard des autres ou leurs observations ne m'atteignaient pas. Et puis un matin (pourquoi ce matin-là?), tout m'est apparu d'un seul coup: les lobes d'oreilles qui allongent, le nez épaté, les taches dites de vieillesse et les crevasses sous les yeux.
La question: vaut-il mieux voir les petites rides une à une pour s'habituer à l'idée ou réaliser d'un seul coup qu'on vient de franchir la soixantaine?

Looange a dit…

Je pensais que les rides me dérangeraient pas. Je viens de voir que les pattes d'oie sont sorties et j'étais pas contente. Alors sortie le pot de crème anti-ride alors que j'en mettais jamais :) Même pas de crème hydratante :)

Donc, je compatis :)

Candy Froggie a dit…

on va rider ensemble ma jolie! Et puis qui sait nous pourrions bonifier avec le temps... prouver que cela n'est pas réserver qu'aux mâles! Bon faudra quand même faire avec les p'tites rides au passage! ouch! : ))

Julie a dit…

C'est fou comme les hommes ne s'en font pas avec ce genre de trucs! Ça me renverse chaque fois. Et si la vie pouvait être si simple?

Je potine!
http://www.la-mere-est-calme.com/2011/05/quand-dimanche-rime-avec-potinage_25.html
(en ligne dimanche!)

Anne a dit…

Les rides sont les traces de la vie qui passe et que l'on vit. Je suis sure que tes rides sont celles du sourire!

Blandine a dit…

J'ai cette même ride qui apparaît, avec les pattes d'oies, je me plais à me dire qu'outre la pesanteur ce sont surtout les éclats de rires, sourires et bonheurs qui en sont la cause...

Francois et fier de l'Être a dit…

A vous entendre nous autres ne sommes pas concernés. Les rides c'est vrai mais vous n'avez pas la toison qui se dégarni au point de ne pouvoir sortir sans son bonnet de laine même en plein étè. J'ai commencé à perdre mes cheveux vers vingt ans et depuis, on dirait un moine. Les rides on s'en fout lorsque l'on perd sa tignasse.
Allez, bises et A+

Etolane a dit…

François, et tu as raison, tu mets le doigt sur une vérité! C'est peut-être cela l'équivalent des rides pour les hommes. J'imagine que devenir chauve n'est pas plus joyeux que de faner! Merci de partager ce point pertinent. Bises de brousse...

Blandine, c'est une bonne façon de voir la chose, j'en prends de la graine ;)

Anne, malheureusement cette ride là est vraiment synchro avec la paralysie et sa guérison. Et même si je suis contente de pouvoir sourire de nouveau disons que ces derniers mois n'ont pas été remplis de mes rires...

Allo Julie, merci de ta visite et je vais de ce pas voir ce que tu potines :)

Candy, et vu l'essence de notre relation, je me dis que d'ici que l'on arrive enfin à se voir "ne vrai" l'on pourra admirer nos rides en riant! ;)

Looange, à mes 35 ans, j'ai pris la résolution de me crémer tous les jours. C'est je crois la seule résolution de nouvelle année que j'ai tenu! Depuis mes 38 ans, c'est matin et soir, y'a des limites à laisser faire le temps! On peut aussi lui mettre quelques bâtons dans les roues!!!

Claudel, c'est une bonne question. Je me dis que m'y habituer ride après ride est peut-être pas si pire. De toute façpn, je n'ai pas grand choix dans la chose! Ouf! J'imagine que ce jour là a du être dur sur le moral! Alors tu ne crèmes pas?

Fluflu, c'est toujours un plaisir que de découvrir une lectrice de longue date! En fait je voulais écrire sur cette sensation toute féminine car j'avais le sentiment qu'il y aurait de l'écho! ;) Et je suis heureuse que cela nous donne l'occasion de faire connaissance! :) Et par une drôle de coïncidence cette fin de semaine, je suis tombée sur cet article: http://www.washingtonpost.com/lifestyle/magazine/a-wrinkle-in-time-twenty-years-after-the-beauty-myth-naomi-wolf-addresses-the-aging-myth/2011/05/11/AGiEhvCH_story_2.html

Je médite sur le sujet mais je n'en ferai pas une dépression! :lol: Cela dit le fait que mon mari ait 7 ans de moins que moi me met peut-être aussi une inconsciente pression...

Lise, nope, y'en aura pas de facile! :( C'est pour cela qu'il faut picorer les graines de bonheur que nous offre la vie...

Céline, j'ai aussi des amis qui ne s'en font pas pour un sous de se voir rider. Je ne peux m'empêcher d'en être intriguée! Enfin la paralysie faciale aura certainement fait beaucoup évoluer mes perceptions sur le sujet. LE traumatisme d'être défigurée durant une période déterminée m'aura certainement appris beaucoup quant à ce sujet. Parce-qu'il vaut certainement mieux être ridée que défigurée...