lundi, novembre 19, 2012

Entre les lignes...

4 comments

Je blogue ici depuis bientôt dix ans. Rendu là, je me considère comme une sorte de vétérante...

Et le débat qui s'est inscrit en mon fil Twitter à propos du billet précédent me fait repenser à quel point il faut toujours faire attention lorsque l'on juge autrui sur la seule connaissance de ce que l'on en découvre virtuellement.

Il est impossible de connaitre quelqu'un juste par le biais d'un blogue ou des réseaux sociaux. Si l’identité numérique est réelle elle est bien souvent incomplète. Les perceptions qu'on s'en fait sont plus souvent reliées à nos propres expériences qu'à la réalité de l'autre...

En bientôt dix ans de blogue j'ai eu maintes fois l'occasion de réfléchir sur le sujet. Ayant régulièrement l'occasion de conjuguer le réel et le virtuel en rencontrant des personnes via le Web, j'ai beaucoup médité sur le concept.

Si un blogue reflète l'essence humaine de son auteur, il ne peut en dévoiler toutes les facettes. Un être humain est bien trop complexe pour cela! D'ailleurs je suis toujours amusée de constater que ceux qui gueulent bien fort virtuellement peuvent se révéler des plus timides au réel.

J'ai aussi appris à ne jamais me faire d'idées préconçues sur ceux que je rencontre virtuellement. Juger ne fait pas partie des principes qui m'habitent. Jeune, j'ai souvent été jugée à tort, j'en connais la douleur et l'injustice. Rapidement j'ai décidé que juger à tort et à travers ne ferait pas partie de mon humanité. Avant que je ne juge quelqu'un il faut qu'il m'ait bien fait souffrir et que j'aie pris le temps de l'analyser en profondeur.

L'humanité regorge de paradoxes en tout genre. Par exemple, en ma propre existence je peux autant apprécier le luxe d'un cinq étoiles qu'être intimement fascinée par le mode de vie Amish. Plus la vie me passe sur le corps et moins elle est faite de blanc ou de noir. Avec le temps, la richesse des nuances humaines agrandit toujours plus mes horizons intérieurs.

Ainsi, j'ai choisi en ce blogue personnel de privilégier un certain aspect de ma personnalité. Celui de ma douceur intérieure. Une partie intégrante de ma personnalité qu'il ne m'est pas toujours facile d'exprimer au réel. Ici j'aime travailler la musicalité des mots tout en m'éloignant de ce qui me déplait de mes pairs.

La vie n'est pas facile pour personne et je ne suis pas du genre à me faire marcher sur les pieds. Je possède un caractère fort, plus rock'n'roll que les mots que j'inscris ici depuis bien des années. J'ai le parler pas mal plus rude que l'écrit. Je possède une répartie aiguisée qui en effraie plusieurs et je ne crains pas de l'utiliser lorsque c'est nécessaire. Mais je n'aime ni les débats inutiles ni les jugements gratuits et j'apprécie avec passion la douceur de vivre.

J'aime la zénitude. J'aime apprendre des diverses philosophies. J'aime comprendre les aléas de nos humanités. Et je travaille à devenir meilleure avec l'âge. J'aspire à vieillir avec sagesse plutôt que de m'aigrir au fil des obstacles d'une vie.

Je n'aime pas exposer mes colères, mes souffrances et mes frustrations à tout vent. Je n'aime pas remuer les mauvais sentiments. Et rien ne me choque plus que la haine et la méchanceté.

Ici, il y a bien longtemps de cela, j'ai décidé de cultiver une certaine tranquillité d'esprit, d'y inspirer ces sentiments d'amour et de paix qui sont à la source de mon être spirituel.

Aussi, ici, j'aime cultiver les bons sentiments, même s'il peut m'arriver de pousser un rare coup de gueule, cela ne s'inscrit pas la direction éditoriale de ce blogue.

En ce petit coin de Toile, je préfère regarder le coté rose de la vie plutôt que d'en disséquer les noirceurs. Ainsi va...

4 commentaires:

Isabelle a dit…

Dans la vie tout comme dans la blogosphère, je crois que l'on ne dévoile pas toutes les facettes de notre essence. On choisit ce que l'on veut bien montrer...

Merci pour cette réflexion, Étolane!

Cynthia a dit…

Bien d'accord avec toi sur ton dernier point pour garder les idées noires hors ligne :)

Shandara a dit…

J'aime bien ce que tu décris... et tout à fait d'accord avec toi. Gardons donc le négatif ailleurs et essayons de l'oublier.. :)

Mamanbooh a dit…

10 ans, déjà...

Ta réflexion est pleine de sagesse et elle me fait cheminer moi aussi.

Merci!