mardi, juin 05, 2012

Paternitude...

4 comments
En coin de table:

- Papa, l'autre jour, je jouais avec ... et elle m'a dit quelque chose de bizarre.
- Ah oui, répond le père, elle t'a dit quoi?
- Elle a dit qu'elle aimerait que ses parents se séparent pour que son père s'en aille et qu'elle reste juste avec sa mère. C'est bizarre hein?
- Mais pourquoi elle t'a dit ça?
- Ben je sais pas mais j'ai trouvé ça très bizarre. Moi je voudrais jamais que tu t'en ailles. Moi j't'adore!!!


Au fond de ma peau silencieuse, une petite fille sourit. Je comprends ma puce. Mon homme est un père comme j'aurais aimé en avoir. Ce n'est sûrement pas un hasard. Présent, aimant, charmant, il n'est pas parfait mais il fait certainement de son mieux. Et son mieux vaut le détour...

Au fil du temps, j'observe cet amour qui les lie avec curiosité et affection. L'amour que cet enfant ressent pour son père est un amour qui m'échappe complètement. En mon enfance, cette émotion n'existait pas. Je n'avais ni père aimant, ni père à aimer. Je ne connaissais que le vide de l'absence.

Mais on ne manque pas ce que l'on a jamais connu. Et étrangement, en mon enfance, être sans père ne m'a pas vraiment manqué. Je trouvais qu'avoir un parent c'était déjà compliqué. Je n'osais imaginer comment cela ne devait pas être simple d'en avoir deux!

Je regardais d'un oeil intrigué mes amies qui avaient un père aimant tout en sachant bien que cela n'était pas mon destin. Et je me réconfortais en écoutant celles dont le père n'était pas un cadeau!

J'étais habituée à ma condition et il ne servait à rien de s’apitoyer sur mon sort. Au final, je m'en foutais un peu.
Jusqu’au jour où j'ai pensé à avoir un enfant. Et c'est là où j'ai réalisé qu'avoir un enfant sans père n'était définitivement pas sur mon agenda.

Ce jour là j'ai réalisé que je voulais connaitre la dynamique de deux parents qui élèvent un enfant ensemble. Ce jour là quelque chose s'est réveillé en mon sang.

Si, petite, avoir un père ne m'a pas vraiment manqué, avec l'âge j'en ai compris la carence invisible. Tout comme je comprends aujourd'hui combien le fait que ma fille ait un père impliqué en sa vie me cicatrise de l'intérieur...

4 commentaires:

Nomadesse a dit…

Les papas sont certainement importants! Quant à moi, j'ai eu la chance d'avoir un papa très présent et ça m'a influencée à en vouloir un présent pour notre bébé. Et en tant que femme, je voulais également un mari présent dans ma vie pour partager cette aventure!

Selon ce que j'en comprends de mes lectures sur la paternité, l'enfant a besoin de deux personnes différentes dans sa vie... Le sexe importe peu. Mais d'avoir deux personnes qui font les choses différemment, qui ne partagent pas toujours le même avis semble être le plus important. :)

Bisous!

Céline a dit…

C'est très beau ce que tu écris Etolane... le sujet me touche car moi aussi, j'ai eu un père "absent"... pas physiquement mais affectueusement parlant et ça m'a laissé quelques cicatrices.
Tes mots résonnent de sincérité et sont très touchants... merci! ;)

Julie a dit…

Beau texte.

Je partage!
http://www.la-mere-est-calme.com/2012/06/les-potins-du-dimanche.html
(en ligne dimanche!)

Etolane a dit…

Nomadesse, oui je pense que c'est un point important, deux avis différents sous un même toit qui s'entendent et qui s'aiment. Ces enfants là sont chanceux... Et quand j'y pense je trouve ma puce plus chanceuse que je ne l'ai ete et je suis heureuse pour elle. J'espere que cela continuera de durer longtemps... :)

Céline, merci, j'au ai accroché quelques tripes ;) les cicatrices parentales sont si fréquentes et parfois si profondes... C'est pourquoi l'un de ces objectifs parentaux que j'aimerai atteindre est de léguer le moins de cicatrices possibles,,,

Julie, oh, c'est gentil :) Merci du partage....