mardi, décembre 14, 2010

Chapitre 2. Le débat du midi...

10 comments
Chapitre 2 #Bellesabloguer. Le débat du midi...

Lundi gris, le ciel dégouline. C'est avril en décembre. Les saisons perdent la tête et je rassemble mes idées pour repartir du coté de Belles à bloguer...

Avec cette journée remplie de geekettes en devenir, j'ai réalisé combien le Web féminin était rempli de complicités.

En cette conférence tournée sur le Web, les femmes se reconnaissaient et les conversations se liaient facilement. Il en résultait une atmosphère de confiance et de partage particulièrement agréable.

Une fois le brunch entamé, l'assemblée s'est dirigée vers la salle de conférence pour le débat maternel du midi. Ce débat tournait autour des mères dans la blogosphère, parfaites ou imparfaites?

En l'investissement absolu que j'avais donné à la petite enfance de ma fille, je représentais la version "parfaite" de la mère de blogosphère. Un lourd chapeau à porter. Est-ce que j'allais me faire lyncher?

Depuis quelques années, la mode des indignes et imparfaites coure sur le Web. Même si je n'ai jamais adhéré à ce mouvement maternel, je peux en comprendre les fondements. C'est un coté de la médaille parentale. Mais ce n'est pas celui que je porte en mes mots.

Je sais que la perfection n'existe pas. L'humanité est imparfaite et c'est un fait. Mais l'excellence existe. Et pourquoi ne pas désirer exceller à l'art d'être mère? Est-ce trop d'ambition maternelle pour une femme moderne?

Le débat du midi

Devant une centaine de femmes, accompagnée de Nadine Deschenaux et de Marie-Claude Lortie, je me suis donc retrouvée au cœur de l'action.

Je dois avouer que Marie-Claude Lortie m'intimidait un peu. Mais je l'ai trouvé sympathique. J'ai perçu sa douceur maternelle au fil de ses paroles partagées. Et je suis pas mal sure que Nadine est aussi ""parfaitement imparfaite" que je suis "imparfaitement parfaite". Avant tout, nous sommes des mères. Des mères normales. Ouvertes à la réflexion. Des femmes réfléchies...

Accompagnée des résultats d'un sondage de la Fondation Lucie et André Gagnon, la discussion a pris forme. Guidée par les questions de Katerine-Lune, chacune a pu exprimer cette nuance personnelle qui fait d'elle une mère. C'est d'ailleurs ce que j'ai le plus apprécié de cette expérience, pouvoir partager, en toute liberté, divers points de vue sur la maternité. Pouvoir en discuter franchement tout en se respectant mutuellement.

Si seulement l'on pouvait remuer les courants de pensées dans le bon sens de l'humanité. Arrêter de se critiquer pour arriver à mieux se comprendre. Ne pas juger pour mieux communiquer. C'est la folle utopie que je cultive au creux de ma cervelle sauvage...

Au cours de la discussion, Marie-Claude m'a aussi fait réaliser que si j'avais arrêté tout ce qui faisait ma vie féminine d'avant la naissance de M'zelle Soleil, il y a une chose que j'ai toujours continué de faire: bloguer. En effet, durant quelques années, ce blogue a été mon principal lien mental avec le monde extérieur.

Et durant ce débat hautement féminin, il a été intéressant de découvrir ces statistiques qui prenaient le pouls maternel des québécoises.

Aperçu du Sondage sur les mamans du Québec de la Fondation Lucie et André Gagnon

La pression ressentie par les mamans, famille et amis:

- 19% ressentent de la pression de la part de leurs amies
- 21% de la part de leurs parents
- 26% de la mère de leur conjoint
- 32% de la leur mère

À noter, 85 % des mamans sondées ressentent de la pression d'elle-même.

Faites-vous confiance à votre conjoint pour vous occuper de votre enfant aussi bien que vous?

- 68% lui font tout le temps confiance
- 30% ne lui font pas vraiment confiance
- 2% sans réponse

Croyez-vous que vous avez les habilités parentales necessaires pour bien prendre soin de votre enfant?

- 71% pensent que oui
- 28% se questionnent
- 1% préfère ne pas répondre

Mots qui définissent la mère parfaite: sereine, compréhensive, présente, attentive, efficace, dévouée, aimante, heureuse, généreuse, affectueuse, dynamique, calme, douce

Mots qui vont à l'encontre de la mère parfaite: irritable, maussade égoïste, absente, froide, fatiguée, autoritaire, agressive, fâchée, triste, intolérante, froide, insécure, brusque, stressée, impatiente

Expériences et ambitions personnelles

Pour mieux expliquer mon propre cheminement maternel, j'ai accepté de partager quelques expériences personnelles. Ce sont ces expériences et réflexions qui me façonnent l'être. Elles font que je suis ce que je suis aujourd'hui.

Lorsque l'on a senti la mort agripper sa peau au moment où l'on venait de donner la vie, de profondes perspectives se creusent en soi. Elles s'emboitent avec celles de l'enfance que l'on a vécue et l'importance de ce que l'on veut vivre adulte.

Je ressens le besoin de donner le meilleur de moi-même à cet enfant que j'ai failli ne pas connaitre. Je suis si reconnaissante d'être là, vivante avec elle, que je suis incapable de m'en plaindre même lorsque c'est difficile. J'ai à cœur le bien-être de sa petite enfance. J'en ressens une stimulante responsabilité. Il est vrai que je me mets une certaine pression sur les épaules...

Je ne crois pas être une maman parfaite. J'espère cependant être une bonne maman. Une maman aimante qui permet à son enfant d'évoluer à son plein potentiel. Une maman qui guide et console. Une maman qui veille et surveille. Une maman qui observe et comprend. Une maman qui sait aussi apprendre de son enfant.

En ma tristesse de ne pas faire d'autres bébés, j'ai la chance d'être la maman d'une petite fille, non pas parfaite mais éveillée et en santé. C'est mon enfant idéale et pour elle j'aimerais être la mère idéale.

J'ai conscience de cette chance que nous avons d'être deux à l'élever. Je sais combien la dynamique monoparentale est une autre histoire pour l'avoir vécue en tant qu'enfant. Je voue aussi une admiration sans borne aux parents d'enfants malades ou handicapés. Pour avoir traversé six semaines avec une fillette à la jambe plâtrée cet été, j'ai tout à fait réalisé la chance que c'était d'avoir une enfant en santé. De plus, je n'en ai qu'une! L'élever convenablement est la moindre des choses...

J'ai aussi la chance d'avoir une enfant facile à éduquer. Enfin, aussi facile qu'il peut être d'éduquer un enfant! Car ce n'est pas non plus une partie de plaisir de chaque instant. C'est une périlleuse aventure. Mais j'ai trop conscience de mes chances pour ne pas les apprécier. Et si j'ai passé les premières années de sa vie à m'oublier pour être à ses cotés, je n'en regrette rien. Est-ce si malsain de se perdre dans la petite enfance?

Malgré les sacrifices et difficultés que cela a demandé, je suis fière d'avoir respecté cette promesse que je m'étais faite à moi-même alors que la vie me quittait. Construire une relation solide avec ma fille est l'une de mes plus grandes aspirations adultes. Et je n'en suis qu'au début...

Je sais aussi que cet idéal qui habite mes idées maternelles frôle un certain désir de perfection. Alors je lâche prise par endroits. J'équilibre idéal et quotidien. Je choisis mes batailles. Je sais que la perfection n'existe pas et que l'on peut juste aspirer à être meilleur.  Et je peux affirmer qu'être sa mère m'améliore de l'intérieur...

Après m'être quelque peu oubliée dans la petite enfance de M'zelle Soleil, je retrouve la femme qui habite mon sang. Un certain équilibre se dessine tandis que l'enfant développe sa personnalité propre et devient de plus en plus autonome. L'équilibre mère/femme est un défi pour nous toutes. À chacune de trouver le sien. Celui qui correspond le mieux à sa dynamique familiale.

Je crois en la petite enfance et en son importance. Je suis heureuse d'avoir pu partager celle de M'zelle Soleil si passionnément. Ce fut tout un voyage personnel. La voir grandir, s'épanouir, exprimer ses réflexions m'est d'une joie infinie. Une joie qui me grandit, qui me nourrit, qui guérit mes peines et rassure mes peurs.

Dans le fond, ma véritable ambition est d'être une mère équilibrée. Et si dans 20 ans l'on devait demander à ma fille ce qu'elle pense de sa mère, j'espère qu'elle pourra répondre qu'elle a eu une mère cool, même si un peu collante sur les bords...

Quelques mamans de blogosphère en vrac francophone...

- "Pas plate, comme mère!" chez Les (Z)imparfaites
- Quatre mamans d'enfants différents, dont 4 fillettes dyspraxiques
- Confettis de maternité et histoires bricoleuses
- Florence-Élyse écrit
- Profession Maman
- Drôle de maman
- Des peccadilles en chroniques
- Chroniques sympathiques
- Un coin de Bretagne libre d'école! 
- Le ciel est bleu, la mère est calme
- Une famille nombreuse au Québec
- Il était une fois dans le Sud
- La marâtre joyeuse
- M comme maman
- Les Stars Filantes
- Moments de maman
- Mamamiiia
- Blogallet
- Ma vie sans moi
- Sophil de l'eau
- Paul et Margaux
- Candy's Froggy Lair
- Maman 3.0
- Yuna

Prochain et dernier chapitre #Bellesabloguer à suivre...

10 commentaires:

La Belle a dit…

J'ai réalisé, en t'écoutant lors de la conférence être la position de l'imparfaite mère parfaite, que je ne connaissais pas ton histoire, l'histoire de toi et de ta fille à sa naissance.

Lorsque tu as dit que tu avais vu la vie de ta fille naissante défilée devant toi, plutôt que ta propre vie, j'ai compris pourquoi tu étais la merveilleuse bonne mère que tu es pour ta fille.

Alors que je croyais que je te connaissais, je réalise que j'ai encore beaucoup de choses à connaître sur toi! Merci à toi de me rappeler la chance que j'ai d'être une mère!

xxx

Céline a dit…

Il est beau ton récit sur ta vie de mère... cela vient me chercher même si je n'ai pas (encore) d'enfant... cela me questionne sur mon désir ou non d'en avoir un un jour... merci de nous partager tout ça! :)

Marie-Julie a dit…

«Dans le fond, ma véritable ambition est d'être une mère équilibrée.» C'est notre grand défi à toutes!

Bizz a dit…

Quel merveilleux texte qui gonfle mon coeur maternel en ce matin neigeux où Bébé fille dort paisiblement.

Je crois comme toi que la recherche de perfection est impossible dans notre rôle de mère, mais la recherche de l'excellence est possible. Et les moyens d'y arriver varient d'un enfant à l'autre, d'une famille à l'autre, d'une maman à l'autre.

Comme toi, je remercie la vie à chaque jour de m'avoir donné ce petit paquet d'amour (à la différence près où je me permets parfois de me plaindre des nuits sans sommeil, plaintes qui durent généralement 3 micro-secondes, ou le temps d'écrire un billet à ce sujet!)

Merci de ces retours sur Belles à bloguer, j'aurais aimer y être, mais la température capricieuse et la distance m'en ont empêchée.

Joa a dit…

Ton témoignage fut si touchant.

Tu as mis des mots sur comment je me suis sentie pendant mes années à la maison.

C'est gentil d'avoir mis un lien vers chez moi, merci.

julie70 a dit…

T'aiant suivie depuis - avant sa naissance, je peux te dire que tu es une magnifique mère! peu ont la même chance que celle que tu donnes jour a jour heure a heure a cette fillette qui grandit entourée si bien

Etolane a dit…

Merci Julie, cela me fait toujours plaisir de te voir passer. Oui, Lily-so grandit et je m'applique à lui donner une enfance douce et heureuse.

Joa, merci, ce fut quand même un peu vulnérabilisant de m'ouvrir ainsi. Cela m'a fait plaisir d'apprendre à te connaitre davantage autour de tapas! ;) Au plaisir de se recroiser ici ou là...

Bizz, merci beaucoup pour ces mots. En effet, autant je ne crois pas en la perfection autant je suis attirée par l'excellence humaine. On a tellement d'influence sur nos petits. Souvent je pense que le seul réel impact que l'on puisse avoir sur le futur est à travers nos enfants qui le représentent. Dommage que tu n'ai pu venir, c'était une journée très cool mais peut-être il y aura-t-il une deuxième édition...

Marie-Julie, yep, un méchant défi, petit Everest invisible! ;)

Céline, avoir un enfant est épeurant mais c'est aussi une expérience humaine pleine de défis qui approfondit la vie. Je te souhaite de connaitre aussi ton enfant idéal lorsque tu seras prête...

La belle, c'est que j'ai vécu déjà plusieurs vies en une et que j'aime explorer les profondeurs humaines. Je m'ennuie à la surface des choses. Mais je suis aussi heureuse d'avoir appris à te connaitre un peu mieux avec cet évènement qui nous a permis de tisser de nouveaux liens. :D

Emmanuelle a dit…

Alors c'est décidé. Pas d'autre bébé ? Je sais que la dernière fois tu as failli y laisser ta peau alors c'est compréhensible.

Pour ce qui est de l'équilibre mère/femme...hum...de quoi tu parles ? Je ne me rappelle plus la dernière fois que je me suis occupée de moi ;-).

La Mère Michèle a dit…

Je trouve que votre relation avec votre fille unique est tout à fait merveilleuse! Cela a du bon aussi, d'avoir un seul enfant, on lui donne toujours le meilleur de nous-même. Et en cela, tu y réussis plus que bien!

Etolane a dit…

Emmanuelle, trois trains plus tard, oui, je ne me sens pas physiquement prête à y repasser, et bon j'ai 38 ans maintenant, mes oeufs seront bientôt périmés... :((

La mère Michele, merci, c'est une relation que je trouve aussi fascinante qu'enrichissante, j'espère que je saurai la mener à son meilleur. Puisque je risque bien de n'avoir qu'elle, c'est exactement ce que je voudrais arriver à faire, lui donner au maximum le meilleur de moi-même, mais la route est longue...