jeudi, septembre 23, 2010

Entre automne et pleine lune

12 comments
Entre automne et pleine lune...

Lorsque M'zelle Soleil était plus petite, je lui chantais une chanson le soir pour boucler sa routine après sa lecture quotidienne. Et puis lorsqu'elle a eu quatre ans, je me suis dit qu'elle devenait grande et qu'elle pouvait passer à autre chose.

Lorsque j'étais enfant, je vivais chez ma Mère-Grand qui, tous les soirs, me faisait faire une prière. Je n'adorais pas le concept tous les soirs mais je réalise avec le recul que cela a éveillé ma spiritualité personnelle. Cela me permettait d'entrer en contact avec un univers invisible et abstrait. Je n'en comprenais pas grand chose mais sans le savoir j'ouvrais une porte spirituelle.

En vieillissant, j'ai essayé de comprendre cet étrange pouvoir que la religion possédait sur l'humanité. Je suis catholique de tradition mais ma foi est universelle. Je crois que la religion est une sorte de porte. Et autant il y a de nuances humaines, autant il y a de portes invisibles.

Je n'apprécie pas l'idée que chaque religion possède LA vérité. Si l'on regarde la planète en son entier cela ne fait pas de sens. Je crois que chaque religion possède une vérité, et que le défi humain est d'arriver à en tolérer les nuances. Peut-être que le concept de vérité est si vaste et profond qu'il ne peut s'exprimer en une seule version?

Si tous les humains étaient semblables en taille, forme et couleur alors peut-être est-ce que je pourrais envisager la possibilité d'une vérité unique. Mais comme l'humanité est répartie en différentes nuances et différences, je ne peux croire que cela soit si simple. C'est pour cela que j'ai du mal à me plier à une seule religion. J'aime l'idée de respecter toutes les religions. Mais je ne peux donner mon âme à une seule. Ainsi, je crois en Jésus et Marie, les anges mais je crois aussi au Grand Esprit et en Bouddha. Peut-être que si j'en connaissais mieux l'histoire je pourrais croire en Allah ou les étranges déités hindouistes? Après tout, n'est-ce pas croire qui fait ouvrir la porte de l'invisible? Je crois que la foi est plus importante que la forme. Je pense même que parfois la forme peut intoxiquer la foi.

Depuis des jours, j'essaie désespérément de rassembler mes mots pour écrire des textes simples et légers, ceux-ci me fuient. Je n'arrive pas à écrire sur ces activités qui seraient si facile à lire; la cueillette des pommes à l'île d'Orléans. Le tour d'hélico surprise au dessus de Charlevoix (que Juan m'a offert pour nos dix ans de mariage). Nos balades de lac automnales en famille. Mes éclats de rires. J'ai beau essayer, cela ne sort pas.

Lorsque vient le temps d'écrire mes piges, je dois me concentrer très fort, y mettre toute ma volonté pour accrocher ces sujets technos qui beurrent mes épinards. Présentement mon coeur semble vouloir faire des mots ce qu'il lui plait, n'en déplaise à mon esprit! Alors, ce matin, premier jour d'automne, je ne résiste plus, je le laisse aller, glisser, s'écouler en ces phrases qui le libèrent. Peut-être ensuite me laissera-t-il reprendre le contrôle comme je le désire?

Durant ma vingtaine, j'ai traversé une sombre étape existentielle et c'est lorsque j'ai réalisé que je ne savais plus du tout prier que j'ai compris combien j'étais en danger intérieur. Au fil des années, sans m'en rendre compte, j'avais oublié comment faire. Cela m'a profondément troublée. Cela a permis une suite de déclics qui m'ont aidé à me sortir de l'obscurité. J'ai ensuite retrouvé des chemins plus lumineux.

Depuis, je prie sur une base régulière, sous différents formats, selon ma propre spiritualité. Parfois, des témoins de Jéhovah m'appellent et dans ma solitude de lac, cela me fait presque plaisir. Toujours je discute gentiment avec eux en essayant de leur expliquer que leur spiritualité est définitivement trop carrée pour ma tête et mon coeur. Elle ne peut me correspondre. Parfois, je crois même que je les perturbe un peu avec mes idées bien ficelées.

L'avantage d'un témoin de Jéhovah au téléphone c'est que l'on peut discuter spiritualité sans se sentir menacé. À la base, ils ne veulent parler que de ça! J'avoue, j'en profite un peu. Après tout, ce n'est pas comme si la spiritualité était le sujet de conversation privilégié entre voisins et amis! Avec les Témoins, je finis toujours sur le même constat, la même idée coulée en mon sang. Je te respecte même si tu n'es pas comme moi alors respecte moi aussi pour ce que je suis. Telle n'est pas la véritable essence chrétienne? Je crois qu'il faut "être" plutôt que "dire". Et là se trouve le véritable défi...

Bref, lorsque ma fille a eu quatre ans, j'ai pensé qu'il ne lui ferait pas de mal d'apprendre à prier. Tout comme j'avais pensé qu'il ne lui ferait pas de mal d'être baptisée. Car même si nous ne pratiquons pas selon les normes établies de la religion catholique, je n'en renie pas la spiritualité de fond. Ainsi mes chansons ont été remplacées par un "Je vous salue Marie" suivi d'une discussion perso suivie d'un "Notre père" bouclé par un mantra bouddhiste.

Même si elle n'adore pas le principe tous les soirs (ce que je comprends parfaitement), cela nous permet d'avoir des discussions plus profondes qu'à l'habitude. C'est loin d'être inutile. Tous les soirs, entre le "Je vous salue Marie" et le "Notre père", l'on fait un bisou à ma Mère-Grand qui n'est plus. C'est une façon de penser à elle tous les jours et de l'insérer en la mémoire de mon enfant qui ne l'aura jamais connu de son vivant. C'est aussi une façon de la garder en vie dans mon coeur. Maintenant que Chanelle n'est plus, nous en profitons pour lui faire une caresse en pensée. Et depuis qu'Henri le chat n'est plus, par la volonté de M'zelle Soleil, nous lui envoyons une pensée à lui aussi. Et puis l'on demande de la force, de la santé ou d'aider les autres. C'est selon l'humeur du soir.

Ensuite je demande à M'zelle Soleil si elle veut ajouter ses propres idées et souvent elle le fait avec une intelligence qui me fascine. Par exemple, hier soir, elle a simplement demandé "des contrats pour sa maman, moins d'hypoglycémies pour son papa et qu'elle puisse être toujours contente dans sa vie". Un flot de tendresse m'a inondé le cœur en entendant ses mots. Certains soirs, elle fait la moue et ne veut rien dire. Quoi qu'elle décide, je la respecte. Je pense que cette routine évoluera de nouveau vers ses 6-7 ans où elle sera assez grande pour prier selon ses besoins. Ainsi va...

Airs de campagne

Selon Bouddha, une famille est un espace de vie où des esprits vivent les uns avec les autres. Si ces esprits font preuve d'amour et de tout ce qui s'en suit, le monde pourra fleurir comme un magnifique jardin. Mais si ces esprits se désharmonisent alors un ouragan d'émotions détruira le terreau fertile et engendrera le chaos...

12 commentaires:

Dr. CaSo a dit…

Mes parents n'ont jamais été vraiment religieux mais je me souviens avec émotions de la petite prière qu'on faisait ensemble le soir et des lectures de contes de Noël et de passages de la Bible pendant la période de l'Avent.

C'est drôle, moi aussi je voulais parler de religion sur mon blog cette semaine :)

ClaudeL a dit…

Tes photographies sont tellement belles, la dernière surtout, que mon esprit est distrait, attiré qu'il est par l'image plus que par le sujet du billet. La lumière du paysage plutôt que la lumière de la prière.

_MlleB a dit…

C'est tellement tabou la religion et la spiritualité on dirait. Et pourtant c'est un besoin si naturel que d'exprimer ses rêves et ses aspirations, de confier sa fragilité avec confiance, de se sentir en contact avec les forces qui régissent la vie.

J'ai la chance d'avoir des amis américains qui ne comprennent simplement pas ce tabou très Québécois avec qui je peux discuter librement de prière. Ici, j'aurais peur de jeter un froid... Bref, merci.

Candy Froggie a dit…

je crois que mon com' n'est pas passé tout à l'heure, damned! :)

Hm, la religion c'est proche de la politique pour moi, cela ne fait plus trop partie de mon monde.

Mes deux grand-mères nous forçaient (avaient-on vraiment le choix?) à réciter des prières tous les soirs. Je n'en ai pas un bon souvenir. Je ne comprenais le rituel, si ce n'est la menace divine si tu n'obéissais aux rituels.

Mes enfants doivent avoir une bible illustrée (offerte par l'une de mes mère-grands)... pour eux, comme pour moi, ce sont des histoires, des contes, proches de "roulle galette" ou "Poule rousse", en un peu plus cruel.

Il sont assez fascinés par ce Dieu et ce Jésus qui savaient faire plein de trucs. Et puis mourrir cloué sur du bois, ça impressionne.

S'ils me demandaient de prier, je les guiderais sur l'homme, l'humain, les sentiments.

La religion ne faisant plus partie de ma vie, j'étais drôlement curieuse de lire ton billet. Et je le comprends. Je comprends ce désire de prière, de reccueil, de tranquilité, d'échanges. :))

La Belle a dit…

Vraiment touchant ce que tu as écrit. J'aime ta façon de voir les choses et je crois que la prière peut nous aider à mettre des mots sur nos désirs.

Je ne prie pas nécessairement, mais je parle parfois aux personnes disparus que j'aimais beaucoup pour leur demander leur aide. Ça fait tellement de bien que parfois j'ai l'impression qu'ils m'entendent ;-)

minuted'automne a dit…

Prier comme un temps pour se recentrer, nourrir les sentiments et tendre vers autrui, j'aime ça, peut être ainsi redeviendrai-je aussi pratiquante de cette libre religion de l'amour.

Karocreations a dit…

Super bon billet, texte très touchant, photos magnifiques !
J'ai moi-même recours a la prière, je pense que nous abordons les cotes de la vie a notre façon, peut importe comment, la prière en est une.L'essentiel étant de s'y retrouver. Je pense que l'on pourrait longtemps disserter dessus.

Karo

Marie-Julie a dit…

J'ai parfois l'impression que c'est au Québec que la religion est la plus taboue. En tout cas, moi, je n'en parle jamais. Mais j'ai mes croyances bien personnelles. Une espèce de religion «patchwork». J'ai glané ici et là les bouts qui correspondaient le plus à mes croyances, à ma logique à moi. Certains pourraient appeler ça des superstitions.
Le fait que ma mère m'ait obligée à aller à la messe tous les dimanches toute mon enfance m'a dégoûtée de ce rituel. Là encore, j'ai développé mes rituels à moi. Je ne sais pas si, au final, il y aura un grand boss parmi ces Dieu, Bouddha et cie, mais en attendant, j'essaie de garder la foi, MA foi.

Anonyme a dit…

Moi la religion ces plutôt un retour a la nature, mais ancêtres les Cantabres avec des croyances naturalistes les forêts les rivières les animaux etc. il avait des déesses prophétesses cette un peuple matriarcal, et je croie a un retour a la nature comme essentiel a la survie du Glébeux ! Très intéressent ton billet, la prière a beaucoup d’impotence, mais pour moi je l’utilise comme discoure philosophique, qui m’aide a la réflexion, je croie aussi que touts les hommes prie, même si il l’ignore ! Je suis un croyant qui doute du dieu unique, le dieu unique, le guide, le maitre, l’homme providentiel, je ni croie pas trot !

JULIO

Etolane a dit…

Dr Caso, j'ai écouté tes chants religieux vendredi! ;) Ils ont bercé ma migraine! ;) Hâte de lire ton billet! :)

Claudel, merci, oui la lumière de la prière, c'est un sujet à méditer...

Mlle B, oui c'est un tabou qui m'énerve. Avoir la foi n'est pas une tare. Mais je comprends le danger des religions... Je crois que l'on peut avoir la foi sans obligatoirement l'encadrer d'une religion mais je respecte ceux qui s'épanouissent l'esprit (de façon modérée) en une religion. Et c'est vrai que ce serait bien de pouvoir en parler plus librement...

Candy, je te rejoins totalement sur la politique! :lol: Mais je respecte aussi dans tes idées! ;) Cela dit, perso, j'ai pas assez de foi en l'humain pour la passer à ma fille. D'ailleurs, je trouve que c'est l'humain qui perverti les religions. Mais c'est un sujet tellement abstrait. Je ne peux croire qu'à ta façon tu pratiques aussi une foi intérieure en te recueillant à ta manière...

La belle, oui je pense que c'est bien de mettre en mots nos aspirations et je crois que c'est possible de communiquer avec ce qui n'est pas visible. ;) Là, je prie de façon régulière et cadrée en compagnie de ma puce le soir, je ne le fais pas habituellement! ;) Cela dit, cela ne fait pas de mal du tout et j'espère lui transmettre ainsi une perception de la prière, de l'universel, de l'invisible. En mes habitudes perso, je prie souvent de manière plus sauvage, j'aime penser que le lac et la nature sont ma cathédrale où me recueillir...

Minute, oui je le vois d'abord comme une façon de se recentrer, parfois lorsque la religion ne nous rejoint pas, l'on peut toujours modeler notre propre spiritualité. Je te souhaite de l'articuler selon ton coeur plutôt que selon les normes établies...

Karo, merci. Oui, c'est un sujet de discussion souvent enrichissant! :) Est-ce que tu te considères catholique et pratiquante?

Marie-Julie, moi aussi je fais dans la spiritualité patchwork, et cela me fait un grand bien. Vive la foi libre! ;) Ma spiritualité patchwork me tient au chaud des froideurs humaines. C'est vrai qu'au Québec, parler de la religion entraîne un certain froid, je trouve cela un peu plate. Enfin un tabou c'est toujours pas mal plate! ;)

Julio, je suis allée voir ce qu'étaient les Cantabres, il y a de l'ancestral là! :) J'aime bien cette définition de croyances naturalistes. La prière pour aider à la réflexion, l'on se rapproche là de la méditation. D'ailleurs la méditation n'est-elle pas une forme de prière? Personnellement, je crois que la notion de Dieu unique est si grande pour nos petits cerveaux humains que je ne suis pas certaine que nous puissions vraiment la comprendre en son entier...

Nicole a dit…

Je suis légèrement en retard sur ce billet, mais avoir deux enfants en bas âge, on trouve difficilement le temps de faire tout ce que l'on désire.

Pour moi la religion est complètement écartée de ma vie. Elle implique des rites, des dogmes et des symboles bien précis. Je ne suis pas en faveur de pratiques trop rigoureuses, et cela, même si je suis de nature ordonnée et minutieuse. Je ne suis pas convaincue avec certitude ce en quoi je crois... mais j'explore depuis longtemps ma spiritualité. J'ai mes croyances qui me sont dictées au plus profond de moi-même.

Je ne prie pas, je communique.

Je ne crois pas au baptême dit laïque. Le baptême est un rite des églises catholiques. Utiliser ce mot suivi du mot «laïque» ne fait juste pas de sens pour moi.

L'homme existe bien avant l'apparition des diverses religions et il a certainement toujours été confronté à ses questionnements existentiels. Je ne crois pas que nos esprits doivent forcément suivre les sacrements pour leur bien-être spirituel.

Je trouve dommage que l'on tente aujourd'hui encore de relié spiritualité et religion.

Moi qui ne croyez pas en Dieu (et qui maintenant en doute) quelqu'un m'a écrit un jour en parlant du christianisme: «Malheureusement, l'Homme a commis de nombreuses erreurs dont celle de mal interpréter certaines paroles, ce qui engendre une religion dirigée par les hommes plutôt que par la voix de Dieu.» Mais cela, nous le savons déjà n'est-ce pas?

Si Dieu existe... je ne lui adresse pas de prières... je lui parle tout simplement comme on le fait à un ami. ;o)

Etolane a dit…

Et je suis un peu en retard pour y répondre! ;) Je respecte le fait que tu écartes la religion de ta vie. Pour moi, religion et spiritualité se détachent facilement l'une de l'autre...

C'est vrai que c'est la mode des baptêmes laïques, c'est un concept particulier en soi. Je comprends ta réticence. De mon coté, j'ai trouvé important de baptiser la mienne selon les normes car je crois que cela ne peut pas faire de mal et que si cela peut faire du bien à quelque part, pourquoi s'en passer...

Je me demande s'il est possible à grande échelle de séparer spiritualité et religion, certaines personnes semblent avoir besoin de la structure religieuse. Mais il est certain que toute religion passe par le filtre de l'homme et que c'est là le problème à mon avis. Enfin, il y aurait largement de quoi en parler au tour d'un café! :lol: