mardi, décembre 08, 2009

Le catastrophomètre de Martin Petit...

8 comments
Sous un grand ciel bleu...

En boucle musicale sur le dernier album de Charlotte Gainsbourg, je me gave du "chat du café des artistes". Le soleil fait scintiller la fine couche de neige qui recouvre le paysage. Inspirée ce matin par la gang de "blogueux montréaleux", Marie-Julie, Patrick et Geneviève, je profite de ces concentrations qui me fuient pour me pencher sur le catastrophomètre de Martin Petit...

Le jour de la tuerie de Polytechnique (6 décembre 1989): Cela fait un peu plus d'un an que je vis avec ma mère en un appartement perché haut à "Montreal Downtown". Immigrée francophone encore en phase d'adaptation culturelle. Je vais à l'école sur Queen Mary. Nous sommes une gang, en pause du cours d'économie, à fumer des cigarettes en discutant de tout et de rien devant le perron de l'école. Un camarade chamboulé déboule les marches et nous apprend qu'il y a une tuerie à Poly (à moins de trois kilomètres de là). Je frisonne. L'on ne sait pas encore que cela ne vise que les filles mais l'on sait déjà qu'il y a des morts. D'humeur rebelle, je me dis que l'école est plus dangereuse qu'on ne nous le fait croire! Aurais bien le goût de prendre la poudre d'escampette! Dans les jours qui suivent l'on apprend les circonstances de l'horreur. C'est le sujet d'actualité pour les semaines à venir dans les couloirs de l'école. Je suis révoltée. J'ai seize ans.

Le 11 septembre 2001: De retour sur les bancs de l'école après une excursion buissonnière prolongée. En cours de linguistique au pavillon De Koninck à l'université Laval (décidément je suis toujours à l'école quand il se passe une catastrophe!). C'est le matin. Durant la pause, je papote de langue avec le prof. L'on se fait la jasette lorsqu'un étudiant chamboulé débarque dans la salle et s'exclame "Les tours tombent!". L'on échange un regard d'incompréhension tandis que l'étudiant chamboulé essaie d'expliquer la situation. La pause s'achève. Le cours reprend tandis que je me demande si c'est vraiment possible toute cette histoire. Frissons d'adrénaline mentale. 11:15am le cours prend fin. Je sors rejoindre Juan et lui demande s'il a entendu parler des fameuses tours. Il me dit que oui. L'on y croit à peine tellement c'est gros. L'on va manger au Macdo. Il y a des télévisions qui montrent des images des tours qui tombent. Je réalise que la réalité telle qu'on la connait vient de prendre une méchante débarque! Je m'exclame: "Bon, ben voilà c'est la fin de Saddam, il va se faire écraser même si c'est pas vraiment sa faute! L'autre trouduc va en profiter pour se venger!"

Aujourd’hui: Diplôme en poche, mari aimant, maman d'une fillette solaire. Pigiste de langue. Photographe de lac. Auteure dans la poussière. Je tricote de la fibre familiale avec passion. En solitaire je pige. Tranquille au coin de ma brousse, je me réveille les neurones encrassés de trois années de "mamamitude" épanouie. La nature m'inquiète et les saisons aussi. J'aurais cruellement besoin de roues électriques pour ne pas trop m'enraciner le quotidien entre deux arbres. Envisage sérieusement d'aller prendre l'air du temps à New-York au printemps (pour une excursion familiale sur fond de megalopole). J'étudie le virtuel et je cybertravaille avec plaisir sur des contrats le fun. N'ira sur aucun banc d'école en décembre 2012...

Plage de décembre...

8 commentaires:

Isabelle a dit…

La fin du monde a été prévue tellement de fois et à ce que je sache la planète existe toujours. Alors pourquoi dont le 21 décembre 2012 serait différent des dernières prédictions.

Je crois plutôt qu'au lieu de la fin du monde, cela la fin d'un monde ... le monde comme nous le connaissons aujourd'hui.

Nous devrons dans l'avenir faire des choix, et c'est déjà commencé, pour ne pas détruire complètement notre environnement par exemple.

Mais, la terre en a encore pour longtemps à acceuillir notre espèce.

Et si je me trompes, que le 21 décembre 2012 sera vraiment la fin du monde, que pouvons nous y faire.

Essayons plutôt de faire attention à notre façon d'agir envers nous-mêmes et les autres et envers notre cheère planète.

Et profitons de ce que la vie nous donne :-)

La Belle a dit…

Intéressant de lire où chacun se trouvait à ces dates précises ! Difficile de ne pas se souvenir, car c'était des événements majeurs !

Vounic a dit…

Bien intéressant comme sujet de réflexion. J'ai publié la mienne un peu plus tôt.

Etolane a dit…

Isabelle, le 21 dec 2012 stimule quand même beaucoup mon imagination et cela depuis le début des années 90. Je n'ai jamais cru qu'il arriverait quoi que ce soit en l'an 2000. Mais 2012, humm, je n'y mettrai pas ma main au feu! Cela dit, quoi qu'il arrive, il y aura toujours des survivants pour prolonger l'espèce humaine...

Je ne pense pas que cela soit la Terre qui soit en danger à cause de nos excès car nous disparaitrons bien avant elle. J'ai du mal à croire que nous possédons le pouvoir de la détruire vraiment mais nous possédons certainement le pouvoir de détruire notre environnement et un nombre incalculable d'espèces vivantes, la notre comprise...

Combien de temps encore est-ce que le monde tel que nous le connaissons peut continuer de tourner? Je crois aussi qu'il n'y aura pas de fin du monde mais qu'il est possible qu'il y ait la fin de ce monde!

Une chose est sûre en dec 2012, je serai au coin de mon lac car s'il doit se passer quelque chose, je ne pense pas que c'est là où cela sera le plus violent! Une grosse tempête au pire avec une coupure d'électricité majeure qui pourrait durer des mois...

D'ailleurs parfois je me demande combien de temps sans électricité cela prendrait pour que nos sociétés modernes sombrent dans le chaos...

Et de toute façon, s'il arrive un tel bouleversement nous n'y pourrons rien, alors comme toi, je crois en effet que profiter de ce que la vie nous donne est une bonne solution tout en n'oubliant pas quand même de réfléchir à la portée de nos actions... :)

La Belle, oui comme les américains qui ont vécu l'assassinat de Kennedy...

Vounic, je vais aller voir! :)

Beo a dit…

J'ai écouté la version de Charlotte du chat des artistes: c'est con mais je ne savais pas que c'était le titre de cette chanson moi!

Etolane a dit…

Et tu l'as trouvé comment? Moi c'est définitivement mon coup de coeur de l'album...

Beo a dit…

Je la trouve bien, tout en redécouvrant cette magnifique chanson de Ferland qui a marqué le début de ma vie d'adulte.

Mais depuis que j'explore le lien de musique Jiwa.... je découvre la version de Larochellière et ouf... j'avoue que je préfère grandement!

minutepapillon a dit…

Je ne connaissais pas cette prémonition pour 2012 avant la sortie du film. Je l'ai vu, j'ai été bien déçue! Et toi?