mercredi, mai 30, 2012

Comme dans un roman (de science-fiction)

1 comment
Frissons

Dans la forêt, le souffle d'une tempête lointaine. La brume étouffe le lac silencieux.

Une nuit fraîche tombe sur les arbres qui frissonnent leurs feuilles nouvelles... 

Dans les grandes villes québécoises, la rumeur du peuple a des airs de casseroles. Gronde la révolte. L'urbanité frissonne sous l'exaltation de sa jeunesse.

 À Montréal, l'orage inonde les rues qui résonnent des cris du peuple.

 Sur la toile circulent les images des inondations qui détournent l'attention de l'atmosphère survoltée.

 Elle regarde l'actualité se dérouler sous ses doigts habitués à trouver l'information en temps réel...

À Miami, un cannibal attaque. Drogue ou virus? Les zombies rodent et les esprits s'enflamment. Elle frissonne.

 L'humanité vibre d'un drôle de sons que détectent les capteurs des vaisseaux extraterrestres cachés derrière Jupiter.

La nuit tombe sur la petite maison de pierre cachée dans la forêt et l'obscurité se gorge du bruit des feuilles qui bruissent sous le vent...

Huit mois plus tard 

1ère option: Le climat social continue son petit chemin révolutionnaire jusqu'à ce que la menace zombie le rende obsolète. Le Canada essaie de fermer ses frontières. C'est la guerre. Jésus n'est pas revenu sur Terre mais le diable s'éclate. Les extra-terrestres finissent par se manifester et s'en mêler. Sauver la Terre est leur objectif. Quant à l'humanité c'est mal barré!

2ième option: Le climat social s'apaise et les choses changent pour le mieux. La menace zombie est éradiquée à la source. Partout sur Terre l'humanité trouve les moyens d'évoluer et de grandir. L'espoir d'un monde meilleur renaît. Les extra-terrestres cachés derrière Jupiter sont satisfaits des progrès de l'humanité et continuent d’attendre qu'elle soit assez mûre pour les rencontrer et échanger...

En réalité 

Qu'il est bon de sentir la fiction reprendre ses droits en mon imagination. Signe de guérison intérieure. Maudit virus grignoteur de nerf facial! Sentir bourdonner les sens qui font vibrer les entrailles. Un an et demi après le choc de ma paralysie faciale, l'impression subtile de recommencer à vivre.

Continuer la bataille pour retrouver la forme. En chemin, retrouver des forces intérieures.Retrouver l'énergie de regarder autour de soi et d'observer un monde en turbulences.

Enfin l'humanité n'est-elle pas turbulente depuis la nuit des temps? Peut-être que dans le fond, il n'y a rien de bien nouveau sous les Tropiques célestes...

1 commentaires:

Minute Papillon du matin d'automne a dit…

Alors? : http://minutepapillon8.blogspot.fr/2012/05/zombi-crazy.html
Tu dirais quoi?