vendredi, octobre 14, 2011

Entre deux courants d'air, une expression...

7 comments
Entre deux courants d'air, une expression...

Les feuilles tombent. Pour en chasser la mélancolie, se dire que chaque feuille est une page qui se tourne sur une année difficile.

Les jours s'effacent dans le quotidien qui les absorbe. Glouton quotidien qui aspire l'inspiration. Parentitude. Piges. Rénos. Repos. Santé. Couple.

Dans les finitions de notre étage rénové, l'on en finit plus de finir! Il parait que c'est le propre des finitions...

Un dicton anglophone ne dit-il pas que le diable se trouve dans les détails?

Une plinthe par ci, une plinthe par là, un coup de rouleau, un grattage de coulis, une deuxième couche, un luminaire, une autre plinthe et des portes! L'on garde espoir que cela soit fini avant l'hiver. Et l'hiver n'est plus bien loin.

D'ailleurs la chambre de la puce est finie. C'est un petit royaume de lavande aux accents de princesse pour fillette coquette (avec même une cachette secrète). Et c'est fin de semaine, c'est normalement notre chambre qui y passe. Ensuite, l'on déménage de haut en bas! Et la maison pourra retrouver des airs rangés...

En attendant, l'on y sacrifie les belles fins de semaines toutes en couleurs. Alors que l'automne éclate d'une lumière féerique, l'on avance petit à petit dans la maison. C'est presque fini. Presque mais pas. Et ce dernier pas nous avale les beautés de l'automne...

Hier, une migraine nucléaire, d'origine féminine, réduit mes neurones en bouillie. Ma cervelle est un champ de bataille et mes neurones s'accrochent à une expression ancienne. Une expression si ancienne que même ma grand-mère la trouvait archaïque.

Pourtant aujourd'hui, cette expression me plait comme si j'étais en 1850! Et puis cela fait trop longtemps que je n'ai pas planté une expression dans le terreau de ce coin bloguesque...

EXPRESSION via Expressio.fr 
« Les anglais ont débarqué »

DÉFINITION:
Avoir ses règles.

ORIGINES :
En 1815, alors que Bonaparte a pris une dernière pâtée à Waterloo, les Anglais débarquent en France et vont l'occuper jusqu'en 1820. À cette époque, ils étaient habillés d'uniformes rouges. Le lien entre ce flot d'Anglais rouges envahissant le pays et la Capitale et le flux rouge du sang menstruel a été facile à faire dès 1820 dans le parler populaire parisien, en (mauvais) souvenir de l'occupant, alors qu'il rentrait chez lui.

COMPLÉMENTS:
Il est aussi intéressant de montrer l'avis qu'avait Pline l'Ancien () d'une femme menstruée en 78 après J.C. : « [...] Dans toute autre époque les règles coulant, si la femme fait nue le tour d'un champ de blé, on voit tomber les chenilles, les vers, les scarabées, et les autres insectes nuisibles. [...] L'attouchement d'une femme en cet état gâte ressource les jeunes vignes, et fait mourir incontinent la rue et le lierre, plantes douées de vertus très puissantes. [...] Cependant il est encore certain que les abeilles désertent leur ruche touchée par une femme en cet état; que les lins noircissent dans la chaudière; que le fil du rasoir s'émousse dans la main du barbier; que les vases de cuivre touchés contractent une odeur fétide et se rouillent [...] »

7 commentaires:

Céline a dit…

Maudite migraine de fille, je connais ça aussi! :(
Haha! Merci d'avoir ressorti cette vieille expression que j'utilise moi aussi et que j'ai appris à mon chum! Je vais lui envoyer ton post, ça va le faire sourire!
Sinon et bien, bon courage pour les rénos!
:)

La Belle a dit…

Je te comprends tellement pour les rénos qui n'en finissent plus!

Anne a dit…

Curieux comme nous sommes accordées avec la lune... Je souffre de la même migraine que toi!!!

dieudeschats a dit…

Il y a une autre expression moins poétique avec les Indiens ;-)

Etolane a dit…

Céline, il y a des jours sans et des jours avec et les jours avec migraine sont définitivement des jours "sans" ;) Dieu merci, cela finit toujours par passer. Encore un coup à donner pour les rénos on va finir par en voir le bout...

Au fait, j'ai une chronique techno à CKRL dimanche prochain, je viens seule mais si cela te dit de boire un café et papoter, fais-moi signe! ;)

La Belle, tellement plus capable! Ouf... J'espère que tu t'es sortie de toutes tes boites! ;)

Anne, cette lune était vraiment coriace! Espérons que la prochaine soit plus douce. :)))

Dieudeschats, ah oui? Je ne la connais pas. C'est laquelle?

La Belle a dit…

Presque!!!
Lorsque tu vas venir chez moi, il devrait plus y en avoir :-)

dieudeschats a dit…

A peu près la même : les Indiens arrivent... en référence aux Peaux-Rouges, hum ! (j'avais bien dit que ce n'était pas poétique :)