vendredi, juin 17, 2011

Golden Hour...

8 comments
Golden Hour et histoire de bateaux...

En photographie, l'heure dorée est l'une de préférées, j'adore capter la caresse du soleil sur le jour qui se couche...

En ce moment, le village lové au bord du lac se réveille. Avec les beaux jours se dessine l'arrivée des vacanciers. Les bateaux commencent à arriver et je grince des dents en silence. Les bateaux sont mon épine dans le pied tout l'été.

Si ce n'était de l'excès de moteur qui vient polluer cette nature si douce, je serais surement moins amère. Mais au fil des années, à trop en voir et à trop en entendre, je sature. J'excède. Le pire, c'est les moto-marines! Comme des moustiques sur l'eau que l'on aimerait pouvoir écraser avec un sourire satisfait.

J'aime l'harmonie naturelle qui m'entoure à l'année longue. Mais les moteurs à profusion ont le don de me la perturber en profondeur. D'ailleurs je ne suis pas la seule à m'en plaindre. Il y en a trop. C'est un fait acquis.

Aussi, le village se divise en deux camps, il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Je suis dans la minorité qui ne fait pas le poids dans la balance. Alors, comme bien d'autres, je grince des dents...

Depuis dix ans que je vis en bordure de ce grand lac, j'ai vu les hors-bords devenir de plus en plus puissants et les pontons semblent maintenant en voie d'extinction. Les fameux pontons (comme celui de la photo qui se dore au soleil couchant) que je pouvais trouver si quétaine à 20 ans. Ces pontons qui me semblent si paisibles à quelques longueurs de la quarantaine. Ces pontons pépères qui sont comme des terrasses sur l'eau.

Des terrasses spacieuses qui se déplacent tout doucement. Sans faire de vagues, sans empoisonner les oreilles, sans faire chi... personne. Enfin à 20 ans déjà, les moto-marines me tapaient sur le système! Maintenant, quand quelques ados en rut font un vacarme d'enfer pour la liberté de s'amuser comme des fous, cela me retourne le sang. Y'a pas moyen de s'amuser de nos jours sans empoissonner l'existence des autres? Si j'avais un quelque-conque pouvoir sur la chose, ces bestioles là disparaitraient de l'eau vite fait bien fait! Pensons aux pontons... Car je ne suis qu'une fourmi dans la fourmilière humaine. Impuissante devant les excès de mes pairs.

J'aime écouter les histoires d'antan où les anciens racontent qu'il s'en ait fallu de peu pour que les moteurs disparaissent avec la crise du pétrole des années 70. Ceux-là qui se remémorent les années 80 où la voile faisait la loi. Les années dorées. Je rêve parfois de cette époque passée où il n'y avait que des voiles qui flottaient aux grands vents du lac. C'est un temps révolu. Aujourd'hui c'est le règne du moteur trois mois par année. Les plus beaux. Évidement.


Aujourd'hui faire de la voile l'été est quasiment impossible. Souvent je me demande d'où vient ce besoin humain de faire du bruit, de vrombir à toutes occasions. Je me demande si ceux qui sont si bien dans ce brouhaha ne sont pas anxieux dans le silence? Je vois passer les courants de lenteur qui essaient de percer dans les villes. Slow Food. Slow Life. Slow Boat?!?

Lorsque grimpe le prix de l'essence, une partie de moi se réjouit. Pas celle qui doit passer à la pompe mais celle qui grince des dents devant les moteurs à foison sur le lac. Celle là sourit et se dit que cela va peut-être changer de quoi sur l'eau. Enfin, à date, cela n'y change rien, cela continue d'empirer, toujours plus de bateaux, toujours plus gros et plus puissants.

La nouvelle mode est les bateaux de "Wake". Quand je suis mal lunée, je voudrais tous les retourner en enfer d'un coup de baguette magique! Ceux-ci sont conçus pour faire de la vague et possèdent un bruit d'avion. Les pires de la "gang". Et ceux-là ont toujours des conducteurs sans conscience environnementale qui adorent s'amuser en bordure des rives, histoire de bien enfoncer le clou...

En fait, je suis si saturée des bateaux que lorsque j'y pense trop, j'ai honte. Honte de mon genre humain qui saccage tout ce qu'il touche. Honte de mes pairs plus occupés à leur plaisir éphémère qu'au bien-être de la planète. Ce n'est pas un bon sentiment. Je le combats avec des vagues de tolérance. Ces tolérances que je travaille avec mes amis qui possèdent des bateaux. Je ne leur cache pas mes opinions mais je n'empêche personne de vivre. Je tolère et j'essaie de conscientiser un minimum.

Au lac, je marche à l'envers de la norme. De cette norme non-dite qu'il est bon d'avoir des amis avec des bateaux pour pouvoir en profiter à gogo. Je ne suis pas normale. Je suis amie avec toi même si tu as un bateau et que cela me saoule. Grâce à toi, je travaille ma tolérance humaine. J'accepte de faire un tour avec toi parce-que tu es mon ami. Juste si tu ne vas pas proche des rives et que tu avances le moins vite possible. J'accepte par amitié même si le reste du temps je résiste. 


En en discutant avec une amie dont l'homme vient de s'acheter un bateau, je la rassure sur mon affection pour elle. Je sais que je suis acerbe sur le sujet mais je ne tiens pas à me transformer en harpie. Je ne veux pas non plus imposer mon opinion à M'zelle Soleil qui a tout à fait le droit de faire du bateau si elle en a envie. Et de se forger sa propre opinion.

Mon amie me dit: "Mais tu peux venir et moins y réfléchir..." Peut-être. Ou pas. Sur un bateau de Wake, c'est dur. La révolte intérieure gronde trop fort. Sur un ponton, c'est plus facile. Un ponton c'est plus tranquille et tellement plus logique à l'environnement! Mais un bateau de Wake, c'est l'enfer. Même si en soi, c'est supposé être le paradis. Malheureusement, mes amis sont à la mode, ils n'ont que des bateaux de Wake...

8 commentaires:

ClaudeL a dit…

Vous devriez écrire des billets (comme on tient une chronique) sur vos photos: iso, ouverture, vitesse d'obturation.
Je suppose que vous tenez à garder vos secrets pour vous. De toute façon, même si nous avions les données techniques, nous n'aurions, en tout cas, moi je n'ai ni le lac, ni votre talent.
Félicitations. Les photos sont tellement belles que je passe à côté du texte, ce qui est rare! Désolée.

Céline a dit…

Un passage vite vite par ici pour te dire que je trouve tes photos superbes! ;)

elpadawan a dit…

Magnifiques, ces photos!

La Belle a dit…

Je crois que le fait d'habiter un lac fait une différence car les bateaux tournent en rond, tandis qu'une rivière, ils ne font que passer. Quoi que les moteurs sont bruyants quand même.

Je comprends totalement ton opinion que je partage à moitié car j'aime faire du bateau. Je n'aime pas ceux qui vont près de la rive pour déranger les habitants par contre.

Le débat ressemble à celui des motos! J'adore conduire une moto et les voir mais je déteste les motos qui roulent à 250km/h et qui se foutent des automobilistes.

Et je t'assure que tu aimes mieux les bateaux de Wake plutôt que les bateaux de vitesse à 4 moteurs, qui font un bruit vraiment Infernal!

mum a dit…

oui les photos sont magnifiques et font rêver... combien je comprends à quel point c'est insupportable de voir ce calme et cette douceur de vivre troublés par ces moteurs...il y aura de nouveau un retournement des choses ..mais dans combien de temps??? c'est drôle comme le même mot peut avoir selon la latitude des significations différentes.. chez nous un ponton c'est le quai auquel s’amarre les bateaux.

Etolane a dit…

ClaudeL, J'avoue que je ne suis pas si fana de la technique que de la composition. Tout comme je suis allergique au studio et préfère le naturel. Enfin coté photos, il y a les réglages, les possibilités d'un appareil photo et aussi les logiciels. C'est tout un monde. Et les données techniques sont ce qui m'inspirent le moins :( Je crois que la photo est plus que la technique, personnellement, même si je connais la technique, c'est la sensibilité que je travaille, l’atmosphère à capter, la composition... Je pense qu'il st important de s'aiguiser l'oeil comme on aiguise un crayon... :)

Merci Céline, j'espère que tout va bien en France :)

Merci Elpadawan, je teste présentement le Reflex a55 de Sony et j'avoue que je l'aime bien :)

La Belle, tu as tout à fait raison, sur une rivière, ils passent mais sur un lac, même grand, ils font des tours... :( Je pense aussi que si les gens étaient sensibilisés à l'impact qu'ils ont sur les rives, ou les oreilles, ce serait moins le far-ouest... Cela dit, je me mettrai pas ma main au feu que l'on a pas aussi des 4 moteurs! La panoplie est vaste sur le lac. Imagines, il y a plus de 1500 bateaux durant l'été!

Mum, j'espère voir un bon retournement des choses avant ma mort. Pour l'instant, je désespère un peu... Ici on amarre les bateaux au quai (ou à des bouées sur l'eau ;)) Mais on dit aussi ponton pour les petits quais privés. Tu es de quel coin?

mum a dit…

je suis originaire de Lyon mais je vis à Roanne petite ville de la Loire...Il y a un canal sur lequel naviguent quelques péniches et bateaux de plaisance et depuis une vingtaine d'années Roanne s’enorgueillit d'un petit port sympathique...où viennent s'amarrer des bateaux de toutes les régions..mais c'est très calme et il y a de belles balades à faire à pied le long du canal...c'est loin d'être aussi beau que vers chez toi....

La Belle a dit…

Ouf! Ça en fait des bateaux!