mercredi, janvier 27, 2016

En 2016, je bloguerai comme si c'était 2007!

6 comments
Lever du soleil sur Montréal le 2 janvier 2016

Je blogue depuis plus d'une décennie en ce jardin de Toile. Ces dernières années ont été difficiles du coté de ma santé et j'en ai perdu ma discipline de blogue. Ce qui me peine trop souvent.

À la base, en 2003, j'aimais l’exercice de bloguer comme discipline d'écriture. Et quand je pense à ce blogue, c'est à cela que je pense...

Je réalise combien la blogosphère a changé et j'en suis quelque peu troublée. En 2016, il y a tant de gens qui veulent vivre de leur blogue que cela me fait toujours lever un coin de sourcil étonné. La commercialisation de l'action de bloguer, combiné à mes ennuis de santé, me coupe l'inspiration sous le nez! 

J'ai, au cours des années passées, accepté des partenariats. Tant que je peux y trouver de l'inspiration pour ma plume, cela me va. Mais c'est une sorte de hobby de blogue pas une ligne directive. En ma perception particulière, bloguer c'est avant tout  pratiquer l'art d'écrire. Ensuite vient le partage humain et la communication entre internautes, les échanges d'opinions et d'émotions. Puis, aprés tout ça, peuvent se dessiner les diverses collaborations possibles.

Je ne blogue pas par envie de popularité ou de postérité, je blogue par goût d'écriture et d’authenticité. Plus je blogue, plus je m'en rends compte. Si cela me fait toujours plaisir que l'on me lise, je crois que je bloguerais même si personne ne me lisait! Pour la discipline que je peux y trouver. En fait, je blogue depuis si longtemps que j'ai presque oublié le temps où je ne bloguais pas!

Sauf que depuis des années, je déblogue régulièrement pour laisser l'écriture s'égarer du coté de Facebook. Je fais un brouillon d'idée en un statut que j'archive en mon fil d'actualité. C'est mon nouveau carnet de bord. Ce n'est pas une bonne discipline.

Avec la diversité des réseaux sociaux, le blogue est devenu un genre à part. En ce genre à part, il y a maintenant tant de catégories que c'en est étourdissant. Pour ma pomme des bois qui n'aime pas être catégorisée, ce n'est guère inspirant.

Mais bloguer me manque. En me rétablissant physiquement, je tiens à retrouver cette discipline mentale d’écriture bloguesque que j'ai tant aimé explorer au cours des années.

La vie est une longue transformation de l'être ou un apprentissage de fond, c'est selon. Mes ennuis de santé des dernières années m'ont transformée bien plus que l'évolution numérique qui me fascine toujours autant. La bonne nouvelle c'est qu'ils m'ont définitivement guérie de mon FOMO. J'ai changé ma perception du temps et de ses perspectives. Le numérique fait partie de ma vie mais n'en guide pas les pulsions. Je pense avoir trouvé un bon équilibre entre réel et numérique.

Et c'est ainsi que commence cette année 2016, avec la motivation de bloguer comme je l'entends! En 2016, je veux de nouveau entendre battre mon coeur bloguesque. Pour le plaisir de la langue qui vogue. Pour le plaisir des mots qui se partagent.  Je veux donc arrêter de brouillonner sur Facebook pour mieux brouillonner ici! À suivre...

6 commentaires:

Nathalie Côté a dit…

Au plaisir de te lire!

Etolane a dit…

Merci Nathalie xo

Caro Drolet et les DH a dit…

J'ai fait un constat similaire dans les derniers jours... Quand j'étais en congé de maternité il y a 3 ans, je voulais donc augmenter mes lecteurs, faire un bon profit, des partenariats... J'ai du la chance de tester plusieurs produits et je suis maintenant avec Sheblogs, qui me donnent une bonne vitrine. Mais comme je suis retournée au travail, j'ai moins le temps de blogguer et j'ai plus le goût d'écrire quand bon me semble. Mon blogue à la base servait à partager des nouvelles de la famille, à être mon exutoire puisqu'écrire fait fondamentalement partie de moi depuis mon adolescence. Et j'y reviens, après avoir poussé, poussé pour que ça marche. J'aime beaucoup quand tu dis que tu blogguerais même si personne ne te lisais. C'est exactement comment je me sens. C'est un carnet de bord et un grand livre de souvenirs. :)

Etolane a dit…

Allo Caro,

Exactement, à la base c'est un carnet de bord qui archive nos vies. J'aurai tellement trippé à lire des blogs de 1725! :) Je n'ai jamais pu me mettre en tête l'idée de commercialiser mon blogue. Je dirais même que je me refuse de le catégoriser car c'est avant tout un carnet d'humeur et d'écriture...

Ce qui fait la magie du blogue à mon sens, c'est l'écriture et c'est aussi une sorte de télépathie partagée. C'est évidement un bon outil pour diffuser toutes sortes d'informations mais pour moi, c'est avant un tout un jardin d'écriture que je jardine au fil des saisons qui me passent sur la vie...

Tant mieux si on aime le lire, tant mieux si mes mots peuvent avoir une portée mais jamais je ne pourrais les écrire avec cette idée en tête. Même si j'accepte un partenariat, je ne le fais qu'avec l'idée d'en accrocher des pistes d'inspirations...

J'ai été plusieurs fois bien populaire au fil de mes 13 années à bloguer mais jamais je n'ai réussi à prendre cette popularité au sérieux. Le Web est trop rempli d’éphémères, il faut prendre toute popularité virtuelle avec un grain de sel. :)

Ce qui compte avant tout pour moi c'est l'écriture et le partage humain. Le reste c'est juste des cerises sur le sundae!

junko a dit…

Comme en 2007, ou comme en 2003 ? Je te lis depuis si longtemps, c'est un peu fou. Il y a 11 ans, dans un commentaire chez moi, tu me proposais de venir virtuellement chez toi sous la neige à Noël, et entre temps j'ai lu comment ta petite fille grandissait. Jamais, à l'époque, je n'aurais imaginé que tout ça durerait aussi longtemps. Non, ce n'est plus pareil, je m'en rends très bien compte aussi, mais néanmoins c'est encore là.
Chez moi aussi, ça a été irrégulier. L'an dernier j'ai blogué énormément, moins qu'en 2007 mais jamais autant depuis 2007 et j'étais décidée à faire mieux cette année. Dans le même temps, je me lance en free lance niveau boulot et bien entendu, à mon grand regret, le blog devient secondaire. Néanmoins, moi aussi, j'aimerais bloguer autant qu'en 2007 et puis, peut-être, avoir la chance de croiser certaines de ces personnes avec lesquelles je partage une vie virtuelle depuis plus de 10 ans.
Continue Etolane, je resterai à proximité de toi derrière mon écran.

Etolane a dit…

Allo Junko, contente de te voir passer par là! Merci d'être encore là! Jamais je n'aurais imaginé cela en 2003 non plus ;) En 2007, les réseaux sociaux n'avaient pas encore absorbé la légèreté de bloguer. Et je pense que c'est cette légèreté que j'ai le gout de retrouver :)

De mon coté, les cinq dernières années ont été difficiles à ma santé mais je réalise que retrouver ma discipline de blogue fait aussi partie de me reconstruire en cette nouvelle réalité qui est mienne...

J'ai rencontré beaucoup de personnes au cours de mes années de blogue et toutes les personnes que j'ai rencontrées via ce blogue se sont relevées des personnes de qualité. AUssi si l'occasion, un jour, se présente, il me ferait plaisir de papoter au réel avec toi. Qui sait? Pensées amicales :)