jeudi, septembre 27, 2012

Automne et citrouille en tarte...

3 comments
La lumière d'automne caresse les feuilles des arbres qui rougissent.

Les couleurs explosent ma vision. Une symphonie de saison s’empare de la forêt et je bataille le blues qui s’empare de ma pomme.

Chaque feuille qui tombe plante une graine de spleen en mes sens. Autant l’automne est magnifique, autant il est éphémère. Et je ne me sens pas prête pour le long hiver qui le suit!

Avec la rentrée, Miss Soleil a commencé sa première année de primaire. Je savoure la chance d'avoir une enfant avec une belle soif d'apprendre...

Car il faut désormais ajouter les devoirs à la routine parentale. Autant je suis fière de la voir bien grandir autant je travaille sur les angoisses qui viennent avec. Mon cœur frémit en même temps qu'il sourit. Que c'est complexe d'élever un enfant!

Je reprends mon rythme techno et je ponds mes textes de geekette tout en gardant un œil sur les opportunités de voyage qui pourraient se dessiner à l’horizon.

La vie de pigiste est un peu comme une montagne russe avec des highs, des peurs et de l’attente…

Aujourd'hui je réalise que j’ai écrit une vingtaine de textes ce mois-ci. Vu le nombre de textes technos que je ponds mensuellement, il n’est pas étonnant que je rame un peu pour garder à jour mon fil bloguesque.

À noter ce mois-ci, un texte de fiction ressorti des boules à mites. Il n'y a rien comme  recevoir une demande de texte pour l'anthologie d'un collectif dans lequel j'ai publié plusieurs fictions pour se botter les fesses! C'est l’occasion de dépoussiérer une nouvelle de science-fiction qui reposait en mes souvenirs.

Comme cette nouvelle est beaucoup trop longue pour le mandat à remplir, je prends plaisir à couper, couper et recouper. Toujours plus simple que d'allonger! Dans la foulée je retrouve ce plaisir de fictionner en d'autres galaxies.

Coté blogue, j’accroche les idées qui s'accumulent sur des petits papiers et le temps (ou la fatigue) semble les souffler comme le vent disperse les feuilles qui tapissent le sol d’automne!

Et c’est sans parler du temps aspiré par les différentes virtualités qui font aujourd’hui mon quotidien numérique. Facebook, Twitter, Instagram, etc. Il est loin le temps où mon seul espace numérique était ce petit blogue d’humeurs en vrac…

Aussi l’occasion d’écrire un billet dans le cadre du programme Vivre délicieusement auquel je participe avec d’autres mamans me discipline les idées folles.

Sur le groupe Facebook de ce programme qui rassemble des mamans venant de tous horizons je découvre le blogue Délinquances et Saveurs et ce billet fait saliver mes papilles gourmandes...

Malheureusement si mes papilles salivent, ma raison me rappelle à l'ordre et je me dis que c'est plutôt le temps de penser à ma fameuse tarte à la citrouille!

De cette tarte qui fait frisonner d'effroi mon homme. Ce qui a le don de beaucoup m'amuser! Et puis avec Halloween à l'horizon, il fait toujours bon se donner quelques frissons...

Car quoi qu'en dise Juan, c'est bon la tarte à la citrouille! Cela nous sort de notre zone de confort et ajoute à la magie automnale. Et il est dit que c'est lorsque l'on sort de nos zones de confort que la magie se produit!

Aussi pour ceux qui n'ont pas peur de la citrouille en tarte, voici ma recette de prédilection. Parfaite pour la saison qui s'installe...

Ma tarte à la citrouille et aux épices: 500 ml de chair de citrouille réduite en purée. 185 ml de sucre roux. 2 gros oeufs. 150 ml de lait. 150 ml de crème épaisse. 5 ml (1 c. à thé) de cannelle. 5 ml (1 c. à thé) de gingembre en poudre. 1/4 c. à thé de clous de girofle. 1 grosse larme de miel. 1 pincée de sel.

Mélanger à la purée de citrouille le sucre roux, les épices, la crème, et les oeufs battus dans le lait, touiller, une fois le mélange lisse ajouter le miel, retouiller. Étendre la pâte sablée, tapisser un moule à tarte, piquer le fond. Verser la préparation sur la pâte, enfourner dans un four préchauffé à 220° C. (425°F.) pendant environ 10 minutes. Réduire la température à 350° F (180° C) et continuer la cuisson environ 40 minutes ou jusqu'à ce que la lame d'un couteau piquée au centre en ressorte propre

Ce billet s'inscrit dans le programme Vivre délicieusement de General Mills avec lequel je suis affiliée. Les opinions exprimées ici bas n’engagent que ma pomme des bois.

3 commentaires:

Céline a dit…

Coucou Etolane!
Bon début d'automne à vous 3!... Comme toi, je grimace à l'idée de penser qu'après l'automne, c'est le looong hiver qui arrive!! :(
Mais j'aime l'automne, sa lumière, ses senteurs particulières, ses changements de couleurs... pour la photo, c'est inspirant! ;)
Au plaisir!

Etolane a dit…

Coucou Céline, cela me fait plaisir de te voir passer! :) J'espère que tu vas bien. J'avoue que pour moins l'automne a vite la saveur d'Halloween, entre jolies mélancolies et airs lugubres :lol:

elpadawan a dit…

Oui, c'est complexe d'élever un enfant, mais à te lire tu t'en sors tellement bien que ça en a l'air facile...